Category Archives: Politics

Émission Amandla du 12 Décembre 2007/ Amandla Show from December 12th 2007

Voici les thèmes qui ont été abordés pendant l’émission Amandla du 12 décembre 2007 sur les ondes de CKUT 90.3FM (Montréal). Vous pouvez la télécharger ici (lien valide pour deux mois seulement).

Partie anglaise.

Description de la violence conjugale que vivent les femmes d’Afrique du Sud (par Gwen). Témoignages de sept femmes Sud-africaines qui parlent de la violence conjugale dont elles sont victimes.

Vous pouvez visiter le site Genderlinks.org.za qui présente les témoignages en ligne (en anglais).

Commentaires sur la situation de la grève des ouvriers de l’or en Tanzanie (par Gwen). Des ouvriers de l’entreprise Canadienne, Barrick Gold, sont en grève considérée illégale par l’entreprise. Cet événement coïncide avec la visite du Premier ministre canadien en Tanzanie. Ce dernier a rencontré les dirigeants de l’entreprise, mais pas les ouvriers, ni les groupes de citoyens interpelés par la grève.

Partie française.

Le phénomène des “vidomégons” (par Moussa). Au Bénin et en Afrique de l’Ouest, des enfants issus des milieux pauvres et ruraux, sont donnée en familles d’accueil dans les villes afin d’avoir la chance de vivre sous un toit et de bénéficier d’une éducation en échange de travaux ménagers. Un système traditionnel bien implanté au Bénin qui permet de donner une chance de réussite aux enfants pauvres: les vidomégons (expression de la langue Fon au Bénin). Ce système, à cause d’une décennie de pauvreté aggravante au Bénin et ailleurs en Afrique de l’Ouest, se pervertit et devient un système d’exploitation, voire d’esclavage d’enfants.

Pour une définition du concept de vidomégon voir ce fichier DOC. (Site http://www.aide-et-action.org/)

L’article d’Afrik.com: Bénin : les vidomegons, nouveaux esclaves urbains.

Rumeurs: Ibrahim Babangida reviendrait au pouvoir au Nigéria (par Moussa). Reprise de la nouvelle déjà mentionnée dans ce blog.

 

 

Here are the subjects that were addressed in the December 12th 2007 Amandla radio show on CKUT 90.3 FM (Montreal). You can download the show here (link valid for two months only).

English part.

Description of the domestic violence South-African women have to endure (by Gwen). Testamonies of seven women victims of domestic violence.

The testamonies can be heard online. You can download them at Genderlinks.org.za.

Comments on the strike started by goldminers in Tanzania. (by Gwen). Workers of the Canadian mining giant, Barrick Gold, are on strike. The company considers the strike illegal. This event coincides with the visit of the Canadian Prime minister. He met with the managers of the company, but not with the workers…

 

French part.

The “vidomegons” (by Moussa). In Bénin, and elsewhere in West Africa, children from rural poor families are sent to foster home in the cities. It gives them the chance to live under a roof and benefit from an education provided by the foster family. In exchange, the child does cleanup work around the house. It is a tradition well embedded in Bénin and which gives an opportunity for poor children to have a chance in life. Hence the word “Vidomegon” used in Benin (it is a word from the Fon language, widely spoken in the country). Because of decades of deepening poverty in Bénin’s rural society, the system has become perverted. It turned into a child exploitation system and some even talk about slavery.

For an explanation of the concept of “vidomegon”, see this DOC file. (in french). (Site http://www.aide-et-action.org/)

An article is available at Afrik.com (in french): Bénin : les vidomegon, nouveaux esclaves urbains.

Rumors: Ibrahim Babangida would come back and try to be elected Nigeria’s president.(by Moussa). It is news that’s already posted in this blog.

 

 

Comments Off

Filed under Africa, Afrique, Afrique du Sud, Amandla, Benin, Droits de l'homme, Human rights, industrie minière, Mining, News, News/ Nouvelles, Nigeria, Nouvelles, Politics, Politique, Religion, South Africa, Uncategorized

Rumeurs au Nigéria: Babangida bientôt de retour?/ Rumors in Nigeria: Babangida back in the saddle?

Le site Saharareporters est reconnu pour avoir des informations issues de personnes bien branchées au Nigéria. Cette fois ci, on nous annonce que l’ancien président du Nigéria, Ibrahim Babangida serait près à reprendre les rennes du pouvoir.

 

Pour l’instant, cette nouvelle ne provient que du site du Saharareporters, mais elle a été véhiculée dans d’autres sites de nouvelle dont ocnus.net, et le site nigérian “New Age“.

Selon, la nouvelle, l’actuel président Yar’Adua est malade et pourrait quitter le pouvoir pour des raisons de santé. À plus d’une reprise, il s’est rendu en Allemagne pour se faire soigner. On lui aurait recommandé de ménager sa santé et éliminer le stress. Ce qui complique l’affaire est que sa victoire aux élections d’avril dernier (voir notre post à ce sujet) est teintée par la corruption. Aujourd’hui encore, des voix s’élèvent au Nigéria pour exiger une nouvelle élection puisque la Commision électorale, dirigée par Maurice Iwu, aurait fermé les yeux pour permettre la victoire de Yar’Adua. Les tribunaux nigérians pourraient bien remettre en doute le résultat des élections et demander leurs annulations.

Or, qui voulait voir Yar’Adua gagner ces élections? Le président sortant de l’époque: Olusegun Obasanjo. Et il a réussit, grâce, en partie, à la collabotation de son “ami” Iwu. Selon Saharareporters, l’entente prise entre Obasanjo et Yar’Adua était que ce dernier n’intente aucune poursuite contre Obasanjo, une fois au pouvoir, permettant à ce dernier de jouir de la fortune personnelle qu’il a accumulée lors de ses années à la présidence. Yar’Adua a respecté l’entente, mais en partie. Il a entrepris des actions qui ont mis des batons dans les roues d’entreprises nigérianes qui appartiennent à Obasanjo. Ce dernier fulmine, mais il a de la chance puisque l’état de santé de Yar’Adua ainsi que la menace des tribunaux pourraient écourter son mandat. Obasanjo en profite donc pour pousser l’ancien dictateur Ibrahim Babangida à se proposer comme candidat aux éventuelles élections.

Pourquoi Babangida? Parce que lorsque Obasanjo fut élu président en 1999, il n’a pas intenté de recours légaux (ou autres) contre Babangida qui s’est enrichi lors des années où il a été président de 1985 à 1993. Obsanjo espère que si Babangida est élu, il lui retournera la faveur sans risque de dérapage comme avec Yar’Adua…Histoire à suivre…

The Saharareporters tells us that the former dictator Ibrahim Babangida could make a comeback in Nigerian politics, running for the presidency.We state this news as a rumor since we didn’t heard it form other sources. However, the newsfeed from Saharareporters has been circulated in other news websites like ocnus.net and New Age (nigerian news).

According to the news, the actual president Yar’Adua (we posted about his election) is sick and could leave power. Also, his election is contested by the people and the courts in Nigeria. This makes former president Olusegun Obasanjo happy, because Yar’Adua was giving him a hard time, enacting laws that prevented some of Obasanjo’s companies to benefit from illegitimate, if not illegal contracts. He wants to push Babangida toward the presidency because, while he was president (between 1999 and 2007), he didn’t cause trouble to Babangida even though he accumulated wealth during his own presidency (between 1985 and 1993). Obasanjo hopes that Babangida, once in power, and unlike Yar’Adua, will leave him and his business alone…

Saharareporters

Is Yar’adua Fading Out As Ibrahim Babangida Restarts His Presidential Campaigns

Author: Posted by Admin Sahara

Yar’adua Fading Out As Ibrahim Babangida Restarts His Presidential Campaigns

Saharareporters, New York

Dateline: Abuja, December 3, 2007

A major political shocker may be awaiting Nigerians in the coming year as subterranean plans are in advanced stages to maneuver former military dictator, Ibrahim Babangida, into office as the nation’s president. With Yar’adua’s health deteriorating and the presidential electoral tribunal likely to annul his “election,” a coalition of political forces spearheaded by former President Olusegun Obasanjo is soon to commence the public selling of Babangida as the next president.

Several sources close to Babangida and Olusegun Obasanjo told Saharareporters that Babangida’s presidency is, in the words of one of them, “all but a done deal. Nigerians are expected to oppose it, but it’s going to be a coronation.”

The move to install Babangida, the sources told us in separate interviews, has been afoot for several months, but is now in the stage of mobilization-meaning that the idea is now being sold to “critical stakeholders within and outside Nigeria,” according to one source.

Two factors have driven the effort to position Babangida for the presidency. One is the widely held speculation that the presidential election tribunal is likely to rule that the so-called presidential elections of April 21 were too marred by irregularities to stand. Our sources said that Obasanjo and his team have recognized that, even if the federal court of appeal upholds the election, that verdict would be overturned on appeal to the Supreme Court.

The second factor is the deteriorating health of Malam Umar Musa Yar’adua, the quiet Chemistry professor who inherited a manipulated election in April. Reliable sources have told Saharareporters that, during his most recent medical check-up in Germany, Malam Yar’adua received a dire prognosis. His German doctors told him that his health was now in an extremely precarious state, and ordered him to avoid undue stress. Part of his doctors’ suggestion was that he should drastically reduce his hours of operation and that he ought to consider quitting altogether.

On returning from his medical trip, Yar’adua told Obasanjo, the man who arranged his illegitimate ascension to power, that he was resigned to his fate. He also told the former president of his intention not to appeal should the ruling of the electoral tribunal go against his election.

Political associates of Yar’adua describe his mood as one of resigned acceptance of the impending, indeed inefact that a combination of factors may be converging to bring an inevitable end to his fabled tenure.

Our sources say that Obasanjo was elated when he heard about Yar’adua’s decision not to appeal any adverse electoral verdict-and his decision, on health grounds, not to seek to be the ruling party’s presidential flag bearer in new presidential polls.

According to one source familiar with the inside political calculations, Obasanjo welcomed the opportunity to sneak Babangida into the presidency. “Yar’adua has largely kept the pact he had with Obasanjo,” said this source who is now a go-between in the negotiations between Obasanjo and Babangida. “Yar’adua has protected Obasanjo’s massive fortune accumulated in office. He has also ignored calls for Obasanjo’s prosecution for criminal acts committed in office. However, Obasanjo feels humiliated Obasanjo that Yar’adua not only reversed some of his policies and last-minute deals but also made a fanfare of doing so. Obasanjo is particularly stung by Yar’adua’s cancellation of the sale of Nigeria’s refineries to a group in which the ex-president has substantial interests. OBJ is also irate that Yar’adua has openly admitted to flaws in the last elections which were designed by Obasanjo and executed by Professor Maurice Iwu.”

In addition, revealed several of our sources, the former president has been jittery lately. One reason is Yar’adua’s reluctance to publicly defend Obasanjo in the face of shrill denunciations of the former president’s tenure. Another is that Yar’adua’s associates have been quietly revealing to the media details of the former president’s corrupt deals, including billions of dollars of unaccounted oil revenues, fuel importation deals, and Obasanjo’s large interests in agro as well as telecommunications businesses.

“Obasanjo has come to the conclusion that Babangida as president is the ideal person to give him the kind of protection he wants from Yar’adua, but is not getting.”

Armed with news of Yar’adua’s precarious health and the high odds that the presidential election will be invalidated, Obasanjo dispatched his trusted aide, Emmanuel Nnamdi Uba, to meet with Babangida. “Over the last month, Uba has been a regular presence at Babangida’s Minna mansion,” said our sources. He is acting as Obasanjo’s chief point man in negotiations aimed at smoothing Babangida’s path to the seat of power.

While Babangida sits on assets worth billions of dollars that he accumulated during his years as a military dictator, Obasanjo has, through Mr. Uba, pledged to place billions more at the disposal of General Babangida (ret).

Babangida is one of the most hated public figures in Nigerian, but he as well as Obasanjo and others working on his ascendancy are banking on using their war chest to make him unstoppable. “There are only two viable opposition figures who can stand up to Babangida, and they are General Muhammadu Buhari (ret.) and former Vice President Atiku Abubakar,” said one source familiar with the plan. “But neither man is much of an opposition. Not only does Buhari have no money, he is also effectively partyless.” A break-away faction of Buhari’s ANPP has been swallowed up by the ruling PDP. “Atiku is a more formidable opponent because, like Obasanjo, he also enriched himself in office and he commands the loyalty of some top politicians. But over the last two or three years, Obasanjo did a good job of whittling down Atiku’s business interests and wealth. The former vice president doesn’t have the cash to be a match in the coming political clash.”

Several sources told Saharareporters that Obasanjo and Babangida have wooed many politicians from within Atiku’s group with offers of plum contracts or political appointments once Babangida takes over.

The Babangida campaign has also began to mobilize international support. Last week, Babangida returned from a trip to Germany where he underwent medical check-up and sold his candidacy to German and European Union officials. Next on the agenda: To assure European, British and American corporations and nations that their business as well as strategic interests in Nigeria would be protected under a Babangida presidency.

Two days after he returned from the German trip, Babangida convened a meeting of top Hausa-Fulani politicians. The motive was to sell the idea for his adoption as the consensus northern candidate. Atiku, aware of the agenda of the meeting, refused to attend.

In keeping with his pledge of loyalty to Obasanjo, Yar’adua has been cooperating with the plan to position Babangida as his successor. A source told us that Yar’adua’s refusal to join the rising chorus of Nigerians who want Maurice Iwu to resign as chairman of the electoral commission is part of an agreement. “Once Babangida is adopted as the PDP’s candidate, the party needs Iwu to run the elections and announce Babangida as the winner. Obasanjo has told his inner circle that he has absolute trust that Iwu would execute the game plan. Obasanjo doesn’t want to risk having a more independent-minded umpire calling the election.”

One source said that Obasanjo has a deep psychological motive for backing Babangida. “It’s not just that Babangida can and will do a better job than Yar’adua of shielding Obasanjo from legal harassment. During Obasanjo’s presidency, he and Babangida had their fights. But Obasanjo, who has details of IBB’s corruption, gave his word to protect the ex-general against prosecution-and he kept his word. He trusts that Babangida will do the same for him.

“More importantly, Obasanjo has been rattled by the degree of criticism that has followed him since he left office in May. He calculates that Babangida is the man to match or surpass his record of corruption. That way, Nigerians would be forced to focus on the new bad guy in town. The former president is also betting that, when Babangida unleashes his thieving hordes on the nation, Nigerians would start speaking nostalgically about Obasanjo’s eight-year tenure.”

One source told us that Babangida’s “election” will eclipse the record of rigging established by the April 21 polls that produced Yar’adua. Local and foreign monitors had ascertained that Umar Yar’adua came to power through the most crooked of political processes known to electoral politics in the history of Africa.

Part of the tragedy is that Yar’adua was never interested in running for the presidency until Obasanjo drafted him into the race-and then used blackmail to force other would-be aspirants in the ruling party to renounce their ambitions and scamper for safety.

Yar’adua also has a history of serious health problems ranging from episodes of depression to a debilitating kidney disease that saw him collapse during the presidential campaigns. He was quickly flown out to Germany on a Julius Berger air-ambulance.

In a perverse attempt to cover up Yar’adua’s health crisis, the PDP leadership used top campaign officials, including Dr. Dora Akunyili, to spread rumors in the press to the effect that Yar’adua had died in Germany. The motive behind this deliberate falsehood sold by the PDP was simply to make Yar’adua’s survival look impressive.

The trick achieved its aim, as public worries about Yar’adua’s health problems disappeared altogether as soon as the candidate returned from his German trip.

Yar’adua’s hyped “death” provided melodramatic material for former President Obasanjo to showcase the candidate’s “vigorous” strength in rallies across Nigeria. Obasanjo would make telephone calls to Yar’adua’s hospital bed to ask the now infamous rhetorical question: “Umaru, are you dead?” to which Yar’adua would answer “No, Baba, I am still alive.”

As soon as Yar’adua arrived Nigeria, he managed to attend a major rally in Akure, Ondo State before going into limbo. It was left to Obasanjo and Maurice Iwu to perfect a rigging plan for the presidential election.

The rigging was so audacious that a bewildered member of their PDP caucus revealed to Saharareporters a day before the election that Yar’adua would win by 70%, with Buhari at second and Atiku a distant third. Some skeptical readers did not take Saharareporters seriously when we published the “pre-determined” election results. But many believed when Maurice Iwu announced his cooked results when only twelve out of Nigeria’s 36 state electoral commissioners had submitted their manipulated results to the electoral commission headquarters.

Obasanjo had set the tone by giving a short but sober national broadcast explaining why the nation must accept the electoral results. Shortly after Obasanjo ended his national broadcast, a boisterous but confused Maurice Iwu walked into a packed press conference accompanied by fierce-looking security agents to announce Yar’adua as the winner of the “Presidential Election” by our predicted margin of 69.9%. Iwu declined to take any questions from local or international journalists at the venue.

On May 29, 2007, Yar’adua took the office of oath and acknowledged that his election was marked by irregularities. His answer was to set up an electoral reform commission that many opposition parties and parties dismissed as a ruse.

Despite his outward mien of good health, the “new president” runs regular health therapy in Aso Rock. One source revealed that Yar’adua’s day starts with regular sessions with a medical team. His public appearances have been rare and sporadic, with ministers and other aides often delegated to represent him at events.

After receiving grave prognosis during his last health check-up, Yar’adua has further scaled back his involvement in the day-to-day running of his “administration.”

His health crisis and almost inevitable cancellation of his election has given Obasanjo the opportunity to once again manipulate the political direction of the country in a negative direction.

One concern is whether there is sufficient opposition within the nation to challenge the imposition of Babangida. One prominent opposition figure, a lawyer, was taken aback when Saharareporters apprised him of the plan to install Babangida. “If this is crazy plan is true,” he said in fury, “be sure that many Nigerians will fight it with every ounce of blood in our bodies.”

BabangidaIbrahim Babangida (66 ans). Le 27 août 1985, le général Babangida provoquait un coup d’État militaire qu’il expliquait en mettant en cause l’incapacité du général Buhari à résoudre les problèmes intérieurs (inflation et chômage) et extérieurs (négociation avec le FMI et rééchelonnement de la dette). C’est avec ce même général que Babangida pris le pouvoir en décembre 1983. Buhari, l’avait nommé chef d’état-major. Utilisant des tactiques imprévisible (on l’a surnommé “Maradona”), il dirigea le Nigéria fermement tout en faisant les yeux doux à la communauté internationale. Il a survécu à plus d’un putsch, mâté plusieurs émeutes et s’est enrichi grâce au pétrole durant sa présidence. Avant de perdre le pouvoir en 1993, il promit une démocratisation du pays qui ne vint jamais à part, peut-être, un redécoupage intérieur qui permis la création de nouveaux états fédérés et des élections locales. Sous la pression de la rue, il finit par laisser le pouvoir à un Gouvernement civil intérimaire en août 1993, ouvrant aussi la voie au coup d’état de Sani Abacha, trois mois plus tard. Dès 2004, Babangida s’était porté comme candidat à la présidence pour des élections de 2007.

Ibrahim Babangida (66 yrs). On December 1983, he and general Buhari, took power. Buhari named him Army Chief of Staff. On August 27th 1985, he led a military coup against Buhari, claiming that his regime couldn’t tackle the problems of inflation, unemployment and external debt. Using unpredictable tactics (he got the surname of “Maradona”) he firmly ruled Nigeria and, at the same time, “smiled” at the international community. He survived more than one putsch, quashed several uprisings and got very rich during his presidency, thanks to the oil money. Before loosing power in 1993, he promised the democratisation of the country but it never happened. He merely enabled a democratic process at the state level. Indeed, Babangida modified the constitution to created more federal States and local elections ensued. Under the pressure from the population, he left the power to an interim civilian governement in August 1993. But it led the way for the military coup of Sani Abacha, three months later. In 2004, Babangida showed interest in the upcoming 2007 elections, giving his name as a candidate.

 

 

1 Comment

Filed under Africa, Afrique, News, News/ Nouvelles, Nigeria, Nouvelles, Politics, Politique, Uncategorized

Le Sommet Afrique-Union Européenne de Lisbonne/ Lisbon’s European Union-Africa Summit

(In english and french; en anglais et français)

Voici une dépêche de l’AFP concernant le sommet de Lisbonne. Nous pouvons immédiatement dire que l’élément clef qui caratérise ce sommet, outre les rodomontades et remontrances concernant les respects des droits de l’homme en Afrique, est la volonté affichée de l’Europe de reprendre une position en Afrique qu’elle perd progressivement au profit de la Chine, l’Inde et les États-Unis…

Cela explique les négocations remises de l’avant dans le cadre de ce sommet, et qui sont décrites dans cette dépêche:

Agence France-Presse (tiré de Cyberpresse.ca)

Lisbonne

Européens et Africains ont adopté dimanche à Lisbonne les principes d’un partenariat «d’égal à égal», censé ouvrir une nouvelle page de leurs relations, au terme d’un sommet où l’Afrique a fait entendre ses exigences, parfois avec véhémence, sur cet avenir commun.Des désaccords ont été publiquement exprimés sur les négociations commerciales en cours entre les deux continents, sur le passif colonial, ou encore sur le Zimbabwe, dont le président Robert Mugabe s’est livré à une violente diatribe contre l’Union européenne qui l’avait critiqué la veille.

Le deuxième sommet UE-Afrique «a véritablement tourné une page dans l’histoire», a déclaré le premier ministre portugais José Socrates dans son discours de clôture. «C’est vrai que l’histoire de nos continents est une histoire avec des souffrances», a-t-il reconnu, mais «cette nouvelle page qui s’ouvre est une page vierge sur laquelle nous serons appelés à écrire».

Le président ghanéen John Kufuor, président en exercice de l’Union africaine, a également jugé qu’il s’agissait d’un «événement historique dans les relations UE-Afrique», tout en réclamant que le partenariat adopté soient «sérieusement mis à l’oeuvre».

La «stratégie conjointe», adoptée par 27 pays européens et 53 pays africains (52 de l’Union africaine et le Maroc) et résumée dans une Déclaration de Lisbonne, est accompagnée d’un plan d’action pour les trois prochaines années, avant un prochain sommet prévu en Afrique et que la Libye souhaite organiser.

Pour le président de la Commission de l’UA, Alpha Oumar Konaré, ce «partenariat» a vocation à aider l’Afrique à sortir de son «rapport inégalitaire avec le reste du monde».

Alors que l’Europe reste le premier partenaire commercial de l’Afrique, elle subit de plein fouet la concurrence de puissances émergentes, la Chine en tête.

Près d’un demi-siècle après les indépendances, les relations entre l’Afrique et l’Europe sont bien plus complexes, voire sensibles, que celles nouées avec ces nouveaux partenaires, et les contentieux n’ont pas manqué d’éclater au grand jour.

Au terme de débats riches même si souvent discordants entre les deux parties, le sommet s’est achevé sur un discours véhément de Robert Mugabe, dont la présence avait entraîné le boycott de la réunion par le premier ministre britannique Gordon Brown.

En session plénière, il a dénoncé «l’arrogance» et le «complexe de supériorité» de l’UE et de quatre pays en particulier (Allemagne, Suède, Danemark, Pays-Bas) qui ont critiqué la situation des droits de l’homme dans son pays.

«Le Zimbabwe ne sera plus jamais une colonie», a lancé M. Mugabe, soumis à des sanctions européennes depuis 2002.

La veille, la chancelière allemande Angela Merkel avait déclaré que «la situation actuelle du Zimbabwe nuit à l’image de la nouvelle Afrique», s’attirant les critiques de plusieurs dirigeants africains, qui avaient fait de la présence de M. Mugabe au sommet une question de principe.

Le passif colonial a été un autre sujet sensible. Dans une intervention très remarquée à l’ouverture du sommet, M. Konaré a exigé un «devoir de mémoire vis-à-vis de la traite négrière, de la colonisation, de l’apartheid, du génocide rwandais».

De son côté, le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi appelait les Européens à rembourser les ressources «volées» lors de la colonisation ou alors à se tenir prêts à accueillir les migrants africains chez eux.

La question épineuse des accords de partenariat économique a également occupé une grande place lors de ce sommet, M. Konaré dénonçant le «forcing» des Européens dans les négociations avec les pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique).

La Commission européenne a fait un geste dimanche en acceptant de discuter début 2008 des inquiétudes de ces pays, qui craignent notamment que l’abaissement progressif des tarifs douaniers sur les importations de produits européens ne fragilise encore leurs économies.

Concernant le Darfour, les Européens ont enfin demandé au président soudanais Omar el-Béchir qu’il facilite le déploiement de la force de paix ONU-UA dont il refuse la composition proposée par les Nations unies.

This is a BBC newsfeed about the Lisbon’s EU-Africa summit confirms the idea that this event took place for the purpose of gaining back a position the EU countries lost on the African continent to the benefit of China (and also India and USA) :

BBC.

EU and African leaders have signed a declaration promoting free trade and democracy at a summit in Lisbon beset by rows over trade deals and Zimbabwe.

As the Portuguese hosts hailed a “new chapter” in relations, Senegal’s president railed against new EU-African trade deals proposed by the EU.

And Zimbabwe’s President Robert Mugabe reportedly accused Europe of arrogance in criticising his human rights record.

The hosts have lauded the summit as heralding a new relationship of equals.

The 67 leaders gathered at the summit agreed to work together to forge a new partnership on issues including security, development, trade and good governance.

The BBC’s Mark Doyle, in Lisbon, says the joint declaration is hugely ambitious in scope, and that clear differences remain on several issues.

Fragile economies

Angry words flew over trade deals – known as Economic Partnership Agreements – proposed to replace existing agreements due to expire at the end of the year.”We are not talking any more about EPAs, we’ve rejected them,” said President Abdoulaye Wade of Senegal.

Although some east African nations have already agreed to the deals, many other countries argue that they will damage their fragile economies.

The deals – to replace historical agreements which gave former European colonies preferential trade terms – demand that African countries open their markets to European goods in order to keep tariff-free EU access for their own exports.

The summit was seen as an EU attempt regain lost ground in Africa and combat growing Chinese influence in the continent.

But President Wade said that “Europe is close to losing the battle of competition in Africa”.

Our correspondent says that while China has massively increased its investments in Africa, it does not tend to comment on issues such as democracy and human rights.

‘Arrogance’

The point was evidenced by tensions over the presence of Mr Mugabe, widely criticised for human rights abuses and economic mismanagement in Zimbabwe.Although he is banned from the EU, African leaders demanded he be invited to attend. UK Prime Minister Gordon Brown boycotted the meeting in protest.

On Sunday Mr Mugabe was reported to have lambasted four EU countries for “arrogance” in their criticisms, according to a copy of a speech at a closed meeting obtained by French news agency AFP.

His comments came in response to German Chancellor Angela Merkel’s earlier assertion that his policies had “damaged Africa”.

“It is important that people keep in mind that Africans fought for human rights from oppressive rule,” said Mr Mugabe, who is regarded by many African leaders as the heroic liberator of Zimbabwe.

The meeting was the first EU-African summit for seven years. Previous attempts had collapsed over the question of Mr Mugabe’s attendance.

Portuguese PM Jose Socrates, who earlier lauded the gathering as a “summit of equals”, said it was an achievement in itself that the meeting had taken place.

Comments Off

Filed under Africa, Afrique, économie, economics, European Union, Politics, Politique, Union Européenne

Le Soudan enfreint l’embargo. Est-ce une surprise?/ Sudan breaks the embargo. Is it a surprise?

According to “La Presse de Montréal ” (taken from the AFP), Sudan keeps breaking the arms embargo imposed by the United Nations. But knowing the tricks Sudan used in the past, which were shown in this blog, we aren’t really surprised with this report. And the presence of russian helicopters mentioned in this report was also addressed in other blogs too. For example: Publius Pundit.

Selon la Presse de Montréal (repris de l’AFP), le Soudan continue à enfreindre l’Embargo sur les armes imposé par l’ONU. Avec ce que nous avons déjà présenté comme tours de “passe-passe”que le Soudan est capable de faire on peut cyniquement ne pas être surpris de ce constat.

La Presse:

Agence France-Presse
Londres

L’organisation de défense des droits de l’homme Amnesty International a affirmé jeudi que le gouvernement soudanais continuait d’enfreindre l’embargo sur les armes imposé au Darfour par les Nations unies.

S’appuyant sur trois photographies prises selon elle en juillet à l’aéroport de Geneina, capitale du Darfour-ouest, l’association basée à Londres affirme que «le gouvernement soudanais continue à déployer des équipements militaires offensifs au Darfour malgré l’embargo de l’ONU sur les armes et les accords de paix».

Russian helicopterSelon Amnesty, une première photographie montre des soldats de l’armée soudanaise en train de décharger des conteneurs d’un Antonov, avion de fabrication russe, sur des camions militaires à l’aéroport de Geneina. Les deux autres montrent sur ce même aéroport des hélicoptères militaires (Mi-17 et Mi-24) fournis par la Russie en 2005 et 2006, selon Amnesty.

L’ONU a imposé un embargo sur la vente et la livraison d’armes au Darfour pour les organisations non-gouvernementales en juillet 2004, étendu en 2005 à toutes les parties au conflit.

Dans un rapport publié en mai, Amnesty avait déjà accusé le Soudan d’enfreindre cet embargo, affirmant que des armes fournies par la Chine et la Russie étaient utilisées au Darfour.

Le conflit qui sévit depuis plus de quatre ans au Darfour a fait 200 000 morts et deux millions de déplacés, selon l’ONU, des chiffres contestés par le Soudan, qui parle de 9000 morts.

Amnesty a appelé jeudi les Nations unies à «agir résolument pour s’assurer que l’embargo est effectivement respecté», plaidant notamment pour la présence «d’observateurs de l’ONU dans tous les ports du Soudan et du Darfour».

«La prolifération de petites armes et de véhicules militarisés au Darfour a entraîné des attaques de convois d’aide humanitaire et d’autres attaques dévastatrices contre les civils», a-t-elle également déploré, faisant référence à des rapports d’attaques dans le sud-Darfour.

Le Conseil de sécurité a voté le 31 juillet pour le déploiement au Darfour d’une force mixte ONU-UÀ de 26 000 hommes. Son déploiement total n’est toutefois pas attendu avant le milieu de l’année 2008.

«Si des armes continuent à affluer au Darfour et si les soldats de maintien de la paix n’ont pas le pouvoir de désarmer et de démobiliser tous les groupes armés d’opposition et la milice Janjawid, la capacité de la nouvelle force de paix à protéger les civils sera grandement entravée», a prévenu Amnesty.

3 Comments

Filed under Africa, Afrique, Darfour, Darfur/Darfour, militaire, military, Nations Unies, News, Nouvelles, Politics, Politique, Soudan, Sudan, United Nations

Ces fils qui gouverneront/ Those sons who will be leaders

(Liens en français/ link in french)

Courrier International produced an article on the sons of African presidents who might be the next in line for the presidential seat.

Courrier International nous présente un article des fils de présidents africains destinés à succéder à leurs pères.

Ces fils de présidents qui s’apprêtent à diriger

16 août 2007.

La démocratie suppose d’accéder à la tête de l’Etat grâce à une élection. Un principe que nombre de dirigeants africains foulent aux pieds, se comportant comme des monarques. Le quotidien ivoirien Nord-Sud présente quelques futurs héritiers.

L’exemple togolais, pays où Gnassingbé Eyadéma, après trente-huit ans de règne, a passé la main à son fils Faure pourrait en inspirer bien d’autres. Beaucoup d’observateurs soupçonnent des chefs d’Etats africains de vouloir emprunter cette voie. Il se dit ainsi que le président égyptien Hosni Moubarak, au pouvoir depuis vingt-six ans, prépare son fils Gamal à lui succéder. En Libye, Mouammar Kadhafi, en poste depuis trente-huit ans, prend des dispositions pour que son fils lui succède. On prête les mêmes intentions à Abdoulaye Wade, qui verrait bien son fils Karim diriger le Sénégal après lui. Parfois les choses ne se passent pas toujours comme on l’avait prévu. Au Tchad, l’assassinat du fils d’Idriss Déby entraîne une redistribution des cartes.

Au Togo, Gnassingbé Eyadéma a préparé, par petites touches successives, son fils Faure Gnassingbé à prendre les rênes du pays. Si bien que, le 5 février 2005, après le décès d’Eyadéma père, le fils a aussitôt été désigné président par l’armée. Ce choix controversé a été avalisé par la majorité des députés togolais grâce à une révision express de la Constitution. Aujourd’hui, le successeur de Gnassingbé Eyadéma a réussi à se donner un vernis de légitimité après une élection en avril 2005, avec 60 % des suffrages exprimés.

Celui qui a hérité du pouvoir à Lomé [capitale du Togo] est le seul enfant du général Eyadéma a être entré en politique, à l’instigation de son père qui refusait que ses autres enfants descendent dans l’arène publique. Faure, avant de devenir président, exerçait les fonctions de ministre des Mines, de l’Equipement et des Télécommunications. Il était surtout le conseiller financier de son père pour les phosphates, la téléphonie et la prospection pétrolière. Il suivait les intérêts de la famille au sein de plusieurs entreprises “privatisées” installées dans la zone franche de Lomé (dirigée par son frère Kpatcha Gnassingbé).

En Libye, Seif Al-Islam semble bien placé pour succéder à son père. Propulsé sur la scène internationale par son rôle, entre autres, dans l’indemnisation des familles des victimes des attentats de Lockerbie et du DC 10 d’UTA et, aujourd’hui, la libération des infirmières bulgares, ce célibataire de 32 ans aux allures de play-boy serait en piste pour la course au pouvoir. L’architecte et peintre Seif Al-Islam, pour succéder à son père, dispose d’une machine de guerre : la Fondation Kadhafi. A la tête de cette organisation non gouvernementale, il est en fait le ministre officieux des Affaires étrangères libyennes.

Avant sa mort, Brahim Déby (assassiné le 2 juillet 2007 à Courbevoie, en France), fils du président tchadien Idriss Déby, avait occupé différentes fonctions au sein du pouvoir tchadien. Son père le destinait à sa succession. Diplômé en management d’une université de Montréal, au Canada, il avait été nommé secrétaire particulier du chef de l’Etat. Brahim était même surnommé “le petit président”. Mais, à N’Djamena [capitale du Tchad], il avait la réputation d’être un homme violent et imprévisible, capable de gifler des ministres en public.

Au Sénégal, le président Abdoulaye Wade souhaiterait voir son fils reprendre sa place. Il en aurait fait la confidence au président français Nicolas Sarkozy. Expliquant au successeur de Jacques Chirac le bien-fondé de son choix, le chef de l’Etat sénégalais confie que c’est sur la suggestion d’un de ses amis français qu’il a décidé de mettre son fils à l’épreuve.

En Egypte, Gamal Moubarak se prépare. Il est déjà à la tête de la commission politique du parti de la majorité (en septembre il devrait, sauf imprévu, être promu secrétaire général du parti par le Raïs depuis son lit dans un hôpital allemand). Gamal Moubarak a réussi à placer un nombre important de ses hommes à la tête de ministères de souveraineté dans le nouveau gouvernement.

Avec ces exemples sur le continent africain, qui ne sont pas exhaustifs, on voit aisément où mène une longévité exceptionnelle au pouvoir. Au fil du temps, bien des gens finissent par penser qu’il est inscrit dans leurs gènes de diriger les autres. Cela pourrait donner des idées à certains.

Bakayoko Youssouf
Nord-Sud

1 Comment

Filed under Africa, Afrique, Chad/Tchad, Libya/Libye, Libye, News, Nouvelles, Politics, Politique, Senegal, Tchad, Togo, Uncategorized

La Sierra Leone donne une leçon de démocratie/ Sierra Leone gives a lesson of democracy

Oui, c’est vrai, la démocratie ce n’est pas juste organiser des élections transparentes, mais il de

meure que peu d’obeservateurs auraient envisagés une telle éventualité en Sierra Leone. D’autres pays africians devraient s’inspirer de l’exemple sierra léonais comme l’indique cet article:

Sierra Leone: Elections – Un exemple à méditer

Le Pays (Ouagadougou)

Cheick Beldh’or Sigue

Affublé de sa fantaisiste camisole démocratique qu’il n’a pas réussi à ôter de la vue du reste du monde, notamment lors du premier tour des législatives, le Congo aurait dû mettre, pour ce coup-ci, un point d’honneur à réussir le second tour du scrutin législatif.

Hélas, le sursaut n’aura pas eu lieu, le pays de Denis Sassou N’Guesso venant de prouver, comme il en a l’habitude, qu’il n’est pas encore mûr pour la démocratie, en attestent les nombreuses irrégularités constatées lors de ce second tour.

Alors qu’il se montre toujours incapable de quitter les sentiers de la médiocrité, en termes d’organisation de scrutins, confirmant ainsi tout le mal que d’aucuns disent de la démocratie dans ce pays, voilà qu’un tout petit pays d’Afrique, l’un des plus pauvres au monde, qui vient de se réveiller de son long cauchemar, le double sur ses deux flancs, puisqu’il entame déjà son entrée triomphale dans la cour des grandes nations démocratiques.

De fait, la Sierra Leone qui vient de réussir le pari d’organiser l’une des élections les plus propres jamais tenues sur le continent africain, devrait inspirer tous ces pays, à la tête desquels se trouvent des pseudo-démocrates qui, jusque-là, refusent d’évoluer avec leur temps. Pourvu que les différents candidats aux élections en Sierra Leone soient conséquents jusqu’au bout et acceptent le verdict des urnes.

Il semble aussi que l’ONU est satisfaite des élections:

Sierra Leone: Ambiance sereine pendant les élections, se félicite Ban Ki-moon

United Nations (New York)

14 Août 2007

Le Secrétaire général a exprimé sa satisfaction concernant la tenue des élections en Sierra Leone, qui se sont déroulées le 11 août dans une ambiance calme et ont connu un fort taux de participation.

Ban Ki-moon a félicité les sierra-léonais pour « leur engagement en faveur de la consolidation de la paix et de la démocratie dans leur pays », dans un communiqué publié aujourd’hui à New York.

Il a également loué le travail de la Commission électorale nationale et des agences de sécurité qui ont permis le déroulement satisfaisant du processus électoral.

Par ailleurs, il a remercié les participants nationaux et internationaux qui ont fourni une aide matérielle et technique à la Commission électorale, ainsi que les observateurs des élections.

Il a encouragé la population du Sierra Leone à continuer de respecter le calme et l’ordre, et à résoudre d’éventuels conflits à travers les mécanismes légaux existants.

« Attendez patiemment les résultats, et gardez ce même esprit ce tolérance qui vous avez montré pendant la campagne », a déclaré de son côté Victor Angelo, le Représentant exécutif du Secrétaire général dans le pays, dans un communiqué publié à Freetown.

Par ailleurs, à la suite de questions posées sur l’avancée du décompte des voix dans le district de Kenema, dans l’est du pays, un communiqué de la Mission des Nations Unies en Sierra Leone (MINUSIL) publié aujourd’hui à Freetown assure que tout le processus s’est déroulé comme prévu et dans le respect des procédures établies.

Les 274 bureaux de votes ont été pourvus de 274 enveloppes protégées contre de possibles fraudes. Chaque enveloppe contient les résultats de chaque bureau et contient la signature des officiers électoraux et des représentants des partis politiques.

Ces enveloppes, cachetées, seront centralisées au bureau des élections du district de Kenema avant d’être acheminées à Freetown, comme c’est déjà le cas pour 51 d’entre elles.

Le dépouillement du scrutin se poursuivra dans les prochains jours.

Vous voulez réellement savoir comment se sont déroulées les élections. Visitez “Sweet Sierra Leone“. Ce bloggueur vous fait un descriptif des lieux et événements…En anglais.

Elections in Sierra Leone were peaceful say United Nations:

Sierra Leone: Secretary-General Welcomes Peaceful Staging of Polls

UN News Service (New York)

13 August 2007

New York

Welcoming the successful staging of Sierra Leone’s first presidential and parliamentary elections since United Nations peacekeepers departed at the end of 2005, Secretary-General Ban Ki-moon today urged the people of the West African country to maintain calm as the votes are counted in the days ahead.

Mr. Ban was pleased to learn that the balloting took place on Saturday “in a generally peaceful atmosphere, with high voter turnout,” his spokesperson said in a statement.

“The Secretary-General congratulates the people of Sierra Leone for showing their commitment to the consolidation of peace and democracy in their country, and commends the National Electoral Commission (NEC) and Sierra Leone’s security agencies for putting in place security and administrative arrangements that facilitated the efficient conduct of the polling process,” the statement said.

As vote counting continues over the coming days, Mr. Ban called on all Sierra Leoneans “to preserve an atmosphere of calm and public order, and to resolve any potential disputes through the established legal channels.”

The Secretary-General’s views echo earlier remarks by his Executive Representative in Sierra Leone, Victor Angelo, who noted that UN officials were assisting NEC staff and both national and international observers were also monitoring the process.

The UN Integrated Office in Sierra Leone (UNIOSIL) also issued two statements today after questions were raised in Kailahun and Kenema districts about the processing of election results there.

UNIOSIL said the processing of results was going according to plan, and the tamper-evident envelopes containing the consolidated results for each polling centre “are very safe and cannot be tampered with.”

Saturday’s vote was Sierra Leone’s second since the end of the decade-long civil war in 2002, and the first since the withdrawal of the UN Mission in Sierra Leone (UNAMSIL) in December 2005.

Who are the candidates?

THE TOP PRESIDENTIAL CANDIDATES

Solomon Berewa

SLPP

Berewa, currently Sierra Leone’s vice president, is the candidate of the ruling Sierra Leone People’s Party (SLPP). He played an active part in the peace negotiations, including the Lome Peace Agreement of 1999, that ended the country’s war.

Ernest Koroma

APC

Koroma, representing the All People’s Congress (APC), is the youngest of the candidates. He currently serves as the minority leader in parliament. During his tenure, the APC won nearly every seat in the Western Area in 2004 local elections. His background is in business and insurance. He was managing director of Reliance Insurance Trust Corporation from 1988 until the March 2002 elections.

Charles Margai

PMDC

The son of Sierra Leone’s second Prime Minister, Margai formed the People’s Movement for Democratic Change (PMDC) following internal disputes in his previous party, the SLPP. A successful attorney, he led the defense of the 11 accused persons in a high-profile treason trial in 1987. He was elected president of the Sierra Leone Bar Association in 2004.

 

 

If you want to really know how the elections went visit “Sweet Sierra Leone“. The blogger gives a description of how it went.

The english section of Al-Jazeera (yes Al-Jazeera) did a coverage a few days ago on Sierra Leone preparing for the elections:

1 Comment

Filed under Africa, Afrique, Droits de l'homme, Human rights, Nations Unies, News, Nouvelles, Politics, Politique, Sierra Leone, Uncategorized, United Nations, Video

Morale de Sarkozy, approbation de Mbeki/ Sarkozy’s moral, Mbeki’s approbation

(Liens en français/ links in french)

The South African president thanks, in a letter sent to the Élysée, french President Nicolas Sarkozy for his speech at the Dakar University (Senegal) pronounced on July 26th 2007. The speech criticizes and sympathizes with Africa at the same time, bringing lots of critics and comments both in Senegal and Africa. The French paper, Le Monde, tells us that, for President Mbeki, the speech means that Africa is lucky to have a friend like Sarkozy. Of course, this opinion is far from being shared by all. If you can read french we invite you to read Sarkozy’s speech at the Élysée’s website and make up your own opinion.

Do you agree with Mbeki?

Selon Le Monde, Thabo Mbeki remercie le président français, Sarkozy, d’avoir prononcé son allocution de Dakar (Sénégal), le 26 juillet dernier, en abordant des thèmes qui semblent avoir eu des effets favorables aux oreilles du président sud-africain:

Le président sud-africain Thabo Mbeki remercie M. Sarkozy pour son discours de Dakar sur l’Afrique
LE MONDE | 14.08.07 | 15h41 • Mis à jour le 14.08.07 | 15h41

Thabo MbekiNicolas SarkozyAccueillie fraîchement à Dakar, qualifiée de “condescendante” par nombre d’observateurs, l'”adresse aux jeunes d’Afrique” prononcée par Nicolas Sarkozy, le 26 juillet, lui vaut a posteriori les félicitations de Thabo Mbeki, président de l’Afrique du Sud, première puissance du continent. Dans une lettre adressée au président français et rendue publique par l’Elysée, lundi 13 août, M. Mbeki adresse “sans hésitation des remerciements appuyés” à M. Sarkozy pour ce “discours puissant et émouvant”.

“Ce que vous avez dit à Dakar, monsieur le président, écrit le chef de l’Etat sud-africain, m’a indiqué que nous avons de la chance de pouvoir compter sur vous comme citoyen de l’Afrique, comme un partenaire dans le long combat pour mener à bien la vraie renaissance de l’Afrique dans le contexte de la renaissance de l’Europe et du reste du monde.”

Dans ce discours présenté comme le point fort de son premier voyage africain, le président français avait dénoncé longuement l’esclavage et les effets pervers de la colonisation tout en refusant toute repentance. Comme pour équilibrer les torts, il avait appelé les Africains à faire leur autocritique, désignant certains éléments de l’identité africaine comme responsables du sous-développement.

“Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire. (…) Jamais il ne s’élance vers l’avenir. (…) Dans cet univers où la nature commande tout (…), il n’y a de place ni pour l’aventure humaine ni pour l’idée de progrès”, avait déclaré M. Sarkozy, traité dès le lendemain de “donneur de leçon” par la presse sénégalaise et critiqué pour avoir dédouané la colonisation sous couvert de “sincérité”.

Le président sud-africain, lui-même à la tête d’un pays à la lourde histoire coloniale, n’évoque nullement ces passages du discours. Il préfère retenir les phrases qui voyaient le salut du Continent noir dans le métissage de l’Afrique avec l’Europe, fruit de la colonisation mais analysé comme un “appel de la liberté, de l’émancipation et de la justice”.

“Je comprends pleinement le défi face auquel vous nous placez en tant qu’Africains, approuve M. Mbeki, qui cite en français le passage du discours selon lequel “ce métissage, quelles que fussent les conditions douloureuses de son avènement, est la vraie force et la vraie chance de l’Afrique au moment où émerge la première civilisation mondiale”.

M. Sarkozy devrait avoir bientôt l’occasion de poursuivre de visu le dialogue avec M. Mbeki. Annulée au dernier moment, l’étape sud-africaine de son voyage de juillet a été reportée à l’automne.

Philippe Bernard

L’allocution de Sarkozy peut être lue sur le site de l’Élysée. Nous avons remarqué un passage qui rend compte des critiques qui affublent Sarkozy du qualificatif de “donneur de leçons”:

Le problème de l’Afrique et permettez à un ami de l’Afrique de le dire, il est là. Le défi de l’Afrique, c’est d’entrer davantage dans l’histoire. C’est de puiser en elle l’énergie, la force, l’envie, la volonté d’écouter et d’épouser sa propre histoire.

Le problème de l’Afrique, c’est de cesser de toujours répéter, de toujours ressasser, de se libérer du mythe de l’éternel retour, c’est de prendre conscience que l’âge d’or qu’elle ne cesse de regretter, ne reviendra pas pour la raison qu’il n’a jamais existé.

Le problème de l’Afrique, c’est qu’elle vit trop le présent dans la nostalgie du paradis perdu de l’enfance.

Le problème de l’Afrique, c’est que trop souvent elle juge le présent par rapport à une pureté des origines totalement imaginaire et que personne ne peut espérer ressusciter.

Le problème de l’Afrique, ce n’est pas de s’inventer un passé plus ou moins mythique pour s’aider à supporter le présent mais de s’inventer un avenir avec des moyens qui lui soient propres.

Le problème de l’Afrique, ce n’est pas de se préparer au retour du malheur, comme si celui-ci devait indéfiniment se répéter, mais de vouloir se donner les moyens de conjurer le malheur, car l’Afrique a le droit au bonheur comme tous les autres continents du monde.

Le problème de l’Afrique, c’est de rester fidèle à elle-même sans rester immobile.

Le défi de l’Afrique, c’est d’apprendre à regarder son accession à l’universel non comme un reniement de ce qu’elle est mais comme un accomplissement.

Le défi de l’Afrique, c’est d’apprendre à se sentir l’héritière de tout ce qu’il y a d’universel dans toutes les civilisations humaines.

C’est de s’approprier les droits de l’homme, la démocratie, la liberté, l’égalité, la justice comme l’héritage commun de toutes les civilisations et de tous les hommes.

C’est de s’approprier la science et la technique modernes comme le produit de toute l’intelligence humaine.

Le défi de l’Afrique est celui de toutes les civilisations, de toutes les cultures, de tous les peuples qui veulent garder leur identité sans s’enfermer parce qu’ils savent que l’enfermement est mortel.

Les civilisations sont grandes à la mesure de leur participation au grand métissage de l’esprit humain.

La faiblesse de l’Afrique qui a connu sur son sol tant de civilisations brillantes, ce fut longtemps de ne pas participer assez à ce grand métissage. Elle a payé cher, l’Afrique, ce désengagement du monde qui l’a rendue si vulnérable. Mais, de ses malheurs, l’Afrique a tiré une force nouvelle en se métissant à son tour. Ce métissage, quelles que fussent les conditions douloureuses de son avènement, est la vraie force et la vraie chance de l’Afrique au moment où émerge la première civilisation mondiale.

Une telle envolée aurait-elle attirée autant de critiques et commentaires si elle avait été prononcée par un autre leader que le président Sarkozy? Mbeki a-t-il eu raison de se réjouir?

3 Comments

Filed under Africa, Afrique, Afrique du Sud, France, News, Nouvelles, Politics, Politique, South Africa, Uncategorized