La Sonatrach, la plus grande entreprise d’Afrique/ Sonatrach, the biggest African Company

La Sonatrach (société nationale des hydrocarbures), une entreprise algérienne de production gazière et pétrolière, vient de recevoir un investissement de 1,099 milliard de dollars provenant d’un groupe japonais pour trois nouvelles unités de GPL (Gaz de Pétrole Liquéfié).

On profite de la nouvelle pour indiquer que la Sonatrach et le géant gazier russe, Gazprom, on fait les manchettes en annonçant des projets de collaboration (Le Figaro, El Watan). Il se dessine, par conséquent, la possibilité de création d’une “OPEP du gaz” qui verrait la Russie, l’Algérie et l’Iran contrôler le marché du gaz naturel. Mais tout cela demeure hypothétique, car un cartel du genre aurait-il vraiment une influence? En 2005, l’Algérie produisait 3.1% du gaz naturel mondial, la Russie 22.4% et l’Iran 3.1%. En supposant que l’Arabie Saoudite (2.5%), l’Indonésie (2.7%) , eux aussi dans le top 10 des producteurs de gaz, se joignent au groupe, on obtient un cartel détenant 33.8% de la production mondiale. En ajoutant d’autres États comme le Qatar, le Nigéria, ou le Mexique, on pourrait donc avoir un groupe au poids équivalent de l’OPEP qui compte pour 42.2% de la production mondiale. Le projet est faisable, mais la volonté politique doit y être; surtout que la Russie, avec ses 22.4%, aurait plus de poids au sein du cartel que ne l’a l’Arabie Saoudite dans l’OPEP (elle produit 13.5% du pétrole mondial).

Preque un État dans l’État, la Sonatrach assurait en 2002 jusqu’à 97 % des revenus en devises et 60 % des recettes fiscales de l’État algérien. Aujourd’hui, selon le site de la compagnie:

[la] Sonatrach est la première entreprise du continent africain. Elle est classéeSonatrach 12ème parmi les compagnies pétrolières mondiales, 2ème exportateur de GNL et de GPL et 3ème exportateur de gaz naturel

[…]

Elle emploie 120 000 personnes dans l’ensemble du Groupe.

  • Note: GNL= Gaz Naturel Liquéfié, GPL = Gaz de Pétrole Liquéfié.

Voici l’article parlant de l’entente entre la Sonatrach et le groupe japonais (voir plus bas).

Sonatrach (société nationale des hydrocarbures) is an algerian natural gas and oil production company who just received a 1.099 billion dollars investment from a japanese group for three new liquified gas units.

We take the opportunity to mention that Sonatrach and the russian gas giant, Gazprom, looked for collaboration with each other (see Mosnews, Global Insight). It makes the creation of a world gas cartel like OPEC possible. Such a group would see Russia, Algeria and Iran control the world gas market. But the project remains hypothetical and would it work? In 2005, Russia produced 22.4% of the world natural gas; Algeria 3.1% and Iran 3.1%. If other countries from the top 10, like Saudi Arabia (2.5%) and Indonesia (2.7%), join the “club”, the group would control 33.8% of the world production. If other countries like Qatar, Nigeria or Mexico join the cartel, the total could rise to the level reached by the actual OPEC with 42.2% of the world production. The numbers show that the project is doable but the political will must be there. However, Russia would have more weight in the cartel compared to the weight Saudi Arabia has in the OPEC (the country produces 13.5% of the world’s oil).

Almost a State within the State, Sonatrach provided in 2002 97%of the State currency revenues and 60% of the fiscal revenues. According to the company’s website, Sonatrach is the biggest African company, the 12th oil company of the world.

Here is the text talking about the deal with the japanese group (in french):

La Tribune.
Lundi 23 Avril 2007

Par Youcef Salami

Sonatrach s’allie au groupement japonais IHI/Itochu pour la réalisation à Arzew de trois nouvelles unités de production de GPL, un projet de 1,099 milliard de dollars. Les deux parties ont signé hier à Alger le contrat de réalisation. Le projet, livrable en septembre 2010, comprend trois nouveaux trains de séparation d’une capacité d’un million de tonnes par an chacun, ainsi que deux bacs de stockage de produits basse température d’une capacité de soixante-dix mille mètres cubes chacun. D’une capacité globale de trois millions de tonnes métriques par an de propane et de butane commerciaux, ces chaînes de production sont intégrées au complexe d’Arzew et seront alimentées à partir du terminal GPL de Béthioua, une localité non loin de Arzew. Le président-directeur général de Sonatrach, Mohamed Meziane, a déclaré lors de la cérémonie de signature que ce projet représente «une pièce maîtresse» dans la mise en place de la chaîne GPL en Algérie. Il a ajouté que la compagnie nationale des hydrocarbures prévoit une augmentation «sensible» de la production nationale de gaz liquide aux champs, notamment avec l’entrée en service et «la montée en cadence» de nouveaux gisements pétrolifères et gaziers. Et, d’indiquer que la production globale de GPL pourrait être portée à «dix millions» de tonnes par an à l’horizon 2010 avec la réception de cet important projet sus-évoqué et «confortera» incontestablement Sonatrach dans sa position de leader mondial dans le GPL. Côté nippon, Sumitaka, représentant de IHI/Itochu, est revenu à l’occasion de cette cérémonie sur les différents projets réalisés par le groupement IHI/Itochu en partenariat avec Sonatrach depuis l’installation de la compagnie japonaise en Algérie en 1964. Il a cité en exemple la réhabilitation et la sécurisation du complexe d’Arzew en 1994. Classé premier à l’échelle africaine, le groupe Sonatrach a réalisé au premier trimestre 2007 un chiffre d’affaires de quelque treize milliards de dollars. C’est son P-DG qui l’a annoncé hier en marge de cette cérémonie de signature. Au cours des six derniers mois (2ème semestre) de 2006, Sonatrach avait enregistré un chiffre d’affaires de vingt-six milliards de dollars environ, maintenant ainsi, en valeur, le même rythme trimestriel sur cette période de neuf mois. L’entreprise nationale avait exporté, en 2006, quelque cent quarante millions de tonnes équivalent pétrole (tep) d’hydrocarbures pour environ cinquante-quatre milliards de dollars, contre quarante-six milliards en 2005, selon un bilan établi par le ministère de l’Energie et des Mines.

Advertisements

16 thoughts on “La Sonatrach, la plus grande entreprise d’Afrique/ Sonatrach, the biggest African Company

  1. je suis etudiant en doctorat en premiere anne en russie,apres avoir terminer l`universite en algerie.
    En lisant cette article,et le collaboration entre la russue et lalgerie,je voudrait bien rejoindre la company pour un travail.
    j’ai terminer luniversite de dely ibrahim en science de gestion et economie specialite finance.
    ma connaissance des langue:francais,russe englais,arabe

  2. Merci pour ce site.j’ai un diplome d’etat a la soudure de paype.je chercher un emlpoi a sontrach.

  3. Ce post ne se voulait pas être une infopub. Malheureuseemnt nous ne connaissons personne à la Sonatrach. Par contre voici l’adresse e-mail que l’entreprise donne sur son site web: sonatrach@sonatrach.dz. Bonne chance.

    This post wasn’t meant to be publicity for Sonatrach. Unfortnately, we know nobody there. However the company has an e-mail address they give on their website: sonatrach@sonatrach.dz. Good luck.

  4. Je suis un technicien superieur en automaisme et je cherche un emploi à sonatrach, sachant que j’ai une petite experience dans le domaine de gaz( transfert de gpl par cannalisation-pipe AST 10″ 8″) car j’ai passé un stage pratique au centre enfuteur GPL- poste de coupure SBA
    je maitrise l’englais

  5. J’ai déjà travaillé à Sonatrach en Algerie,dans le domaine administratif(RH).
    J’aimerai bien réintégrer la société implanté en France ou les sociétés qui sont en collaboration avec sonatrach.
    Je pourrais faire les déplacement,je maîtrise le français,l’arabe et connaissances en anglais.

  6. j/f algérienne, agée de 26 ans, titulaire d’une licence en droit administratif et juridique,diplomée du certificat d’aptitude de profession d’avocat et actuelement je suis avocat agrée a la cour et je souhaite intégrer la société sonatrach en algérie.
    langues: arabe, francais, anglais lu et écrit.
    autre diplome: opérateur en micro-informatique

  7. j/h algérien, agé de 27ans,avocat agrée a la cour, licencié en science juridique et administrative, d’iplomé du crtificat d’aptitude de profession d’avocat,d’iplomé en informatique. cherche un emploi a sonatrach en algérie.

  8. j/m algérienne, agée de 36 ans, titulaire d’une je suis un technicien superieur en génie mécanique je suis operateur dans un societe de transformation des meteaux souhaite intégrer la société sonatrach en algérie.
    langues: arabe, francais, lu et écrit.
    autre diplome: opérateur en micro-informatique

  9. j/f je viens de terminer mes etudes a dely ibrahim en science de gestion et economie specialite finance.
    et je parle courament l’arabe le francais l’englais et l’espagnole
    j’ai 1 diplomme en burautique
    cherche 1 emploi a sonatrach

  10. Je suis un technicien superieur en electronique industrielle et je cherche un emploi à sonatrach, sachant que j’ai une petite experience (un stage pratique de 6 mois a sonelgaze dans la wilaya de jijel
    tel: 072572501

  11. je suis un technecien superieur en electronique industrielle ,je voudrait bien rejoindre la company pour un travail.
    j’ai terminer mes etudes .ma connaissance des langue:francais,arabe

Comments are closed.