Le G8, une faillite morale/ G8, a moral failure

L’ancien envoyé spécial des Nations unies en matière de VIH/SIDA en Afrique, le Canadien Stephen Lewis (voir photo), n’est pas tendre envers le G8 et la résolution qu’il a prise concernant l’Afrique (selon Canoë):

[Il] a reproché au G8, lundi à Vancouver, d’avoir abandonné ses engagements envers la santé et l’égalité sociale en Afrique, laissant entendre que ses dirigeantsStephen Lewis ont de la difficulté à trouver leur boussole morale.

La semaine dernière, lors d’un sommet à Heiligendam, en Allemagne, les leaders des pays les plus industrialisés ont promis de consacrer 60 milliards $ à la lutte à la maladie en Afrique, mais M. Lewis a déploré l’absence d’un échéancier ferme, rappelant que les fonds seront investis «au cours des prochaines années».

«Qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire?», a-t-il demandé.

Les pays du G8 dépensent 120 milliards $ chaque année pour les conflits en Irak et en Afghanistan, mais ils sont incapables de trouver la moitié de cette somme pour lutter contre le sida et le VIH, a dit M. Lewis. «Qu’est-il arrivé au point de repère moral de notre monde?», a-t-il lancé.

M. Lewis a fait ces commentaires dans le cadre de la 19e Conférence mondiale de promotion de la santé et d’éducation pour la santé, qui regroupe quelque 3000 personnes à Vancouver. Cet événement est organisé tous les trois ans pour évaluer les progrès réalisés en matière de promotion de la santé et établir des stratégies pour s’attaquer aux problèmes de santé.

M. Lewis a aussi reproché au G8 de ne pas lutter assez efficacement en faveur de l’égalité entre les sexes, un problème qu’il affirme être le plus important du monde. «On ne peut pas continuer à marginaliser 50 pour cent de la population de la planète et espérer atteindre un semblant de justice», a-t-il lancé.

The former UN special envoy in Africa for HIV/AIDS, the Canadian, Stephen Lewis (see picture above) criticizes the G8 for its moral failure. Canoë indicates that Lewis doesn’t understand why the world can give 120 billions dollars for wars in Irak and Afghanistan but can’t offer half the amount (60 billions) to fight AIDS in Africa. He wonders if the G8 has lost its moral. We can add that Lewis has been a strong critic of international organizations. They often loose track of their true purposes and fall into unproductive bureaucratic reflexes.

Advertisements