Les Belges et le pillage de l’or de la République Démocratique du Congo/ Belgians and the plundering of the gold from the Democratic Republic of Congo

(Liens en français/ links in french)

According to the belgian newspaper, La Libre Belgique, gold and tin are plundered by Belgians in DRC provoking a reaction by Belgium’s Foreign Affairs’ minister, Karel De Gucht, who asked for more precisions on the matter by the United Nations’ experts.

Voici une révélation du journal, La Libre Belgique concernant l’iplivation de Belges dans le pillages des resosurces aurifères de RDC:

Pillage de l’est du pays : des Belges impliqués?
M. F. C.

Mis en ligne le 28/07/2007
– – – – – – – – – – –
Karel De Gucht (voir photo) a fait demander des précisions aux experts de l’Onu.

Nos confrères du “Morgen” indiquaient vendredi que, selon un récent rapport d’experts de l’Onu, la Belgique reste la plaque tournante de l’or en provenance de l’est du Congo, avec lequel des armes illégales sont achetées. La Belgique est, en outre, de loin, le plus gros acheteur d’étain en provenance de cette région, et le bénéfice finit dans les poches de chefs de guerre, indique notre confrère flamand.

En réponse à cet article, le ministre belge des Affaires étrangères, Karel De Gucht, a publié un communiqué indiquant que notre ambassadeur à l’Onu a demandé à “recevoir les indices fondés de l’implication éventuelle de ressortissants ou de sociétés belges dans le financement de milices et groupes armés” au Congo. S’il y a “des indices fondés (…) je transmettrai ces informations au parquet fédéral qui engagera l’action adaptée”, indique le ministre.

M. De Gucht précise que “la justice belge a d’ores et déjà commencé à étudier un certain nombre de questions mentionnées dans le rapport”, dont une tentative de vente de pyrochlore.

Une action de la Monuc

De GuchtM. De Gucht insiste sur la “priorité” que représente pour la Belgique la transparence au sujet de l’exploitation des richesses naturelles. Il suggère que l’on fasse “effectuer l’inventaire des réseaux existants, par, par exemple, le groupe d’experts des nations unies”, mais estime aussi que la Monuc (Mission de l’Onu au Congo) doit soutenir “activement le désarmement de ces groupes armés par les forces de combat congolaise (FARDC) et agir au niveau de leur financement”.

Jusqu’ici, malgré une résolution du Conseil de sécurité de l’Onu lui rappelant qu’elle est habilitée “à utiliser tous les moyens nécessaires” pour défendre les civils congolais menacés par des groupes armés, la Monuc préfère se contenter d’appuyer l’armée congolaise – qui n’est pas très entreprenante contre les groupes armés, notamment en raison de l’attitude ambigüe, en la matière, du pouvoir de Kinshasa.

© La Libre Belgique 2007

  • Note. Il faut savoir que, selon Wikipédia, Karel De Gucht “a multiplié les critiques sur la capacité des dirigeants congolais, et en particulier Joseph Kabila, en sortant selon certains des réserves que son statut diplomatique devrait imposer. Ces attaques étaient assorties d’une polémique liée à l’apparition de tracts diffamants sur la naissance supposée de Kabila. De Gucht a également suscité de vives critiques en montrant le Rwanda comme un modèle qu’il opposait à un Congo corrompu.” Dansd la versionanglais on spécifie que ces commentaires on refroidit les relatios entre la RDC et la Belgique mais pour une courte présiode seulement.
Advertisements