Le Burkina Faso va-t-il réviser son code minier?

Après plusieurs pays africains comme la Zambie, la Tanzanie, la Guinée et la République Démocratique du Congo, c’est au tour du Mali, du Niger et, peut-être, du Burkina Faso de se rendre compte que les gains que son industrie minière génèrent risquent de n’être que de la poudre au yeux:

Le Mali, par la voix de son ministre en charge des Questions minières, Hamed Sow, a pris le taureau par les cornes le jeudi 8 mai dernier en déclarant que l’Etat malien entendait relire le code minier en augmentant la part de revient du Mali -en ce qui concerne pour le moment l’or- qui passerait de 20 à 30 %.

Au Niger également, malgré la prise de textes, les choses ne sont pas encore comme elles devraient être puisque, selon « InfoSud » du 29 mai 2008, la Commission d’ enquête parlementaire du Niger mise en place sur le sujet et qui a rendu publics les résultats de ses travaux, a relevé la mauvaise gestion de la Société canadienne des mines du Liptako (SML) qui est liée par contrat à l’Etat nigérien et qui « n’aurait versé que 5 milliards de Fcfa pour une production estimée à 8,33 t d’or dont la valeur est estimée à 67 milliards de Fcfa, soit à peine le dixième ».

Pour revenir chez nous [au Burkina Faso], on se rend compte qu’en général, l’Etat n’a que très peu d’actions dans ces grands groupes : 10 %, donc de bénéfices. Pour cette mine d’or de Youga qu’on vient d’inaugurer, on n’entend que des propos du genre : le Burkina va engranger d’énormes sommes d’argent d’ici à 2015 mais si on nous disait combien Burkina Mining Company* (qui a 90 % d’actions pour BMC et seulement 10 % pour l’Etat burkinabé !) engrangera, elle ? On serait certainement ébahi !

Lisez la suite sur San Finna.

*Note: Nous nous permettons d’apporter une précision concernant cet article de San Finna. En effet, la mine de Youga est détenue à 100% par Burkina Mining Company. Par contre, cette entreprise est en réalité une co-entreprise dont 10% des intérêts sont détenus par le gouvernement Burkinabe et 90% par la Cayman Burkina Mines Ltd, une filiale de l’entreprise minière canadienne: Etruscan Resources Inc.

Quant à la Cayman Burkina Mines Ltd, elle est enregistrée aux îles Cayman… Un paradis fiscal reconnu…

Advertisements

Des Maliens fuyant le conflit touareg se réfugient au Burkina Faso/Malian fleeing the Tuareg conflict seek refuge in Burkina Faso

(English version at end of post)

Selon Lassina Fabrice Sanou du quotidien Burkinabé, Le Pays , des civils touaregs du Mali cherchent refuge au Burkina Faso.

Devenus indésirables dans leur pays, parce que des membres de leur communauté ont pris le maquis contre le régime en place, les Touaregs du Mali se sentent désormais dans l’insécurité chez eux. Bon nombre ont opté pour l’exil vers les pays voisins. Depuis bientôt deux mois, ce sont environ 900 réfugiés touaregs qui sont ainsi arrivés au Burkina Faso, parmi lesquels 300 personnes – hommes, femmes et enfants – sont logées au Stade du 4-Août, à Ouagadougou. Les autres sont restés pour le moment à Djibo, près de la frontière avec le Mali. Selon l’un des réfugiés, Mohamed Alher Ag Abou, il y aurait même parmi eux des Nigériens, mais qui ne se sont pas encore déclarés comme tels. [Le Niger connaît une situation analogue à celle du Mali.

Les réfugiés ont dû abandonner tous leurs biens, et surtout leurs troupeaux, pour se réfugier au Burkina. Le nord du Mali est perturbé par un conflit entre Bamako et une guérilla touareg qui a augmenté en intensité depuis 2006. Pour les habitants de cette régions, les hommes en armes, qu’ils soient du gouvernement ou touareg, font peur. La solution demeurent dans la fuite vers le havre de pays le plus proche : le Burkina Faso.

Le conflit touareg au Mali date de l’indépendance du pays :

Le Nord-Mali correspond à l’espace géographique des trois régions économiques et administratives de Tombouctou, Gao et Kidal, soit près des deux tiers du territoire national avec environ 10 % de la population du Mali. Au Mali Nord, les populations blanches nomades du Sahara ( touaregs et maures ) cohabitent avec les populations noires d’agriculteurs et d’éleveurs.

Cette région a été traversée depuis l’accession du Mali à l’indépendance par des rébellions armées( 1962-64) que les différents gouvernements ont essayé d’enrayer en vain par la répression. A partir de 1972, une sécheresse persistante s’installe dans cette zone, anéantit les troupeaux, richesse principale des populations nomades. Appauvries, elles, cherchent refuge dans les pays voisins, notamment l’Algérie et la Libye. En Libye les jeunes sont enrôlés dans la Légion islamique et reçoivent une formation militaire et idéologique. Certains de ces jeunes immigrés formeront les mouvements qui déclenchent les hostilités en juin 1990. (http://www.afrique-gouvernance.net/fiches/dph/fiche-dph-265.html)

Le conflit perdure et, en date d’aujourd’hui, des affrontements ont encore eux lieu :

Le communiqué du ministère de la Défense et des Anciens combattants qui l’annonce précise que l’attaque qui est survenue entre Aguel Hoc et Tessalit, a fait un mort du côté des forces armées et 9 morts et 18 blessés dans les rangs des assaillants. Trois véhicules des agresseurs ont été détruits.

Selon des sources militaires, le convoi de ravitaillement des forces armées et de sécurité a été attaqué par plus de 80 hommes armés installés à bord de huit véhicules 4X4. L’accrochage s’est déroulé très tôt samedi matin. Les assaillants voulaient s’emparer des vivres destinés aux unités de Tessalit et Tinzawaten. (http://www.essor.gov.ml/).

ENGLISH.

According to Lassina Fabrice Sanou from the burkinabe newspaper, Le Pays (in french), civilians from northern Mali are seeking refuge in Burkina Faso. They are fleeing from the Tuareg rebellion :

close to 1,000 Tuareg civilians have fled south to Burkina Faso to seek refuge, and the Burkinabe government appealed on Thursday for international assistance to help care for them. (http://www.alertnet.org/thenews/newsdesk/L05844527.htm)

The conflict between the Tuareg from northern Mali and the government has heightened in intensity since 2006. For the people living in the area, seeing an armed man, whether he is a Tuareg or a government soldier, doesn’t make any difference… It means trouble. The solution is to get to the closest peace heaven : Burkina Faso.

Amandla: Analyse de la crise kenyane/ Analysis of the Kenyan crisis

Voici les thèmes qui ont été abordés pendant l’émission Amandla du 9 janvier 2008 sur les ondes de CKUT 90.3FM (Montréal). Vous pouvez la télécharger ici (lien valide pour deux mois seulement).

Partie anglaise

Commentaires, analyses et entrevues sur la crise que vit le Kenya – Commentaires de Diana et de Moussa.

Vous pouvez écouter cette chronique en cliquant ici.

Voici un article du Courrier International (reprenant l’original anglais de la revue brtitannique: New Stateman) qui traite de la situation en prenant un point de vue différent de celui des grands médias.

 

Partie française

Burundi: Annonce du Forum National des femmes ex-combattantes avec pour thème: ” Ensemble pour un Burundi meilleur “ – Le Forum se tient le 8 et 9 janvier à Bujumbura. Cliquer ici pour entendre la chronique de Moussa et qui provient du site Burundais: Burundi Réalités.

Impacts de la situation kenyane sur les pays voisins – Les États comme le Burundi, l’Ouganda, le Rwanda et l’est de la République Démocratique du Congo (Nord-Kivu) subissent les conséquences de la crise au Kenya. La population vit une augmentation des prix des denrées alimentaires et énergétiques. Commentaires de Moussa, tirés des sites Burundi Réalités et Ouestaf.

 

 

Here are the subjects that were addressed in the January 2nd 2008 Amandla radio show on CKUT 90.3 FM (Montreal). You can download the show here (link valid for two months only).

 

 

English part.

Comments, analysis and interviews on the Kenyan crisis – Comments from Diana and Moussa.

You can listen to the discussion here.

Here is an article from the British paper, New Stateman, which deals with the subject, but with a different point of view compared to the mainstream media.

French part.

Burundi: National Forum on Women Ex-fighters which bears the slogan: “Together for a better Burundi” – The Forum is held between January 8 and 9, in Bujumbura. Click here to listen Moussa’s comments which are taken from the website: Burundi Réalités (in french).

Impacts of the Kenyan crisis on the neighboring countries – States like Burundi, Uganda, Rwanda and the East of the Democratic Republic of Congo (Nord-Kivu) suffer the consequences of Kenya’s crisis. The population is subject to a raise in food and oil prices. Comments by Moussa, coming from the websites: Burundi Réalités and Ouestaf (both in french).

 

Informations sur le Kenya/ Informations on Kenya

Clean elections campaignLa situation au Kenya vous intéresse? Voici quelques sites qui vous expliquent la situation dans ce pays, suite au désordre causé par les résultats des élections du 27 décembre 2007.

Les informations sont en anglais:

 

 

 

Visitez les blogs:

Kenya Pundit, qui nous dit aujourd’hui que Kibaki vient de former son cabinet en dépit de la situation dramatique actuelle.

Bankelele, qui indique la difficulté d’aider les populations en milieu rural, coupées du monde à cause du désordre civil.

Mentalacrobatics, parle aussi des nominations du cabinet de Kibaki.

Kenya Environmental & Political News traite de l’enjeu des miliers de personnes qui doivent être déplacées afin qu’elles ne soient pas victimes de violences.

Visitez les sites des quotidiens Kenyan:

The Standard donne la liste des ministres nommés dans la cabinet Kibaki.

The Daily Nation, a une section spéciale couvrant les élections.

The situation in Kenya interests you? Here are a few websites where you can have an update on the situation in that country following the contested results of the December 27th 2007 elections

Visit blogs:

Visit Kenya Pundit who says:

Kibaki has just announced a new Cabinet on KBC.

One minute address. No condolences. No calls for peace. Nothing.

Kalonzo VP (what a snake). Other usual suspects back – Murungi, Karua (justice), Michuki, also Uhuru.

Announcement was only for half the cabinet (he doesn’t have enough guys…this is funny in a morbid kind of way).

Excuse me, but this is FUCKING INSANITY.

Just when Kenyans are desperately trying to get things back to normal.

Bankelele, who worries about the rural areas:

Money, food, transport have been in short supply in many rural areas affected by the violence. Equally crippling has been the lack of communication capability where there has been no electricity (poles brought down/lines cut) or shops (closed/looted/overpriced) selling mobile phone airtime.

Mentalacrobatics who also talks about Kibaki’s cabinet:

Kibaki just named a new cabinet on KBC TV – well part of cabinet anyway.

Highlights

Vice President: Stephen Kalonzo
Michuki downgraded to Transport

I expect the full list will be posted here soon.

Kenya Environmental & Political News talks about the thousands of people displaced by the post-election disorders:

Thousands of people displaced (IDPs) by recent post-election violence in Kenya are being evacuated to areas which, although more conducive to their safety because of ethnic affinity, pose a risk of “destitution” because few IDPs have homes in the areas in question…

Also, visit Kenyan newspaper’s websites:

The Standard provides the list of the ministers of the new Kibaki cabinet:

President Mwai Kibaki has named a 17 member cabinet with ODM-Kenya leader Mr Kalonzo Musyoka as the Vice-President. Kibaki addressed the nation live on national broadcaster Kenya Broadcasting Corporation (KBC).

Kibaki named the cabinet despite the existing political crisis over the disputed presidential elections of 27th December 2007.

The Daily Nation has a special section on the 2007 Elections.

Amandla: Entrevue avec Salif Keïta à Radio-Okapi/ Interview with Salif Keïta at Radio-Okapi

Voici les thèmes qui ont été abordés pendant l’émission Amandla du 2 janvier 2008 sur les ondes de CKUT 90.3FM (Montréal). Vous pouvez la télécharger ici (lien valide pour deux mois seulement).

Salif KeitaL’émission du 2 janvier est un spécial en français.

Entrevue d’Alain Djaté de Radio-Okapi avec le chanteur malien Salif Keïta en septembre 2006 – Salif Keita (voir photo à gauche) parle de sa vie d’artiste, de politique…et de musique congolaise ainsi que de sa collaboration avec Papa Wemba (voir photo plus bas), grand chanteur congolais!

 

 

 

 

Cliquer ici pour entendre cette entrevue de 50 minutes… tout en musique!
Here are the subjects that were addressed in the January 2nd 2008 Amandla radio show on CKUT 90.3 FM (Montreal). You can download the show here (link valid for two months only).

The January 2nd show is totally in French.Papa Wemba

Interview done by Alain Djaté from Radio-Okapi, with Malian singer Salif Keïta in September 2006 – Salif Keïta (see picture above) talks about his life as an artist, about politics…and about Congolese music, specifically, his collaboration with Papa Wemba (see picture on the right) , a widely known Congolese singer.

Click here, to hear this musical interview of 50 minutes.

Amandla: Patrick Alleyn sur les enjeux environnementaux concernant le bassin du Nil/ Polémique en Algérie autour d’un “sondage” d’Al Jazeera.

Voici les thèmes qui ont été abordés pendant l’émission Amandla du 26 décembre 2007 sur les ondes de CKUT 90.3FM (Montréal). Vous pouvez la télécharger ici (lien valide pour deux mois seulement).

L’émission du 26 décembre est un spécial en français… ou presque.

Le photo-journaliste Patrick Alleyn parle des enjeux sociaux-politiques entourant l’exploitation du Nil. Patrick Alleyn et Benoit Aquin reviennent de Chine et d’Afrique et présentent, par le médium de la photographie, les défis environnementaux des sociétés chinoises et est-africaines.

Souk de Khan el-Khalili au CaireM. Alleyn nous entretient sur les défis de la gestion régionale du Nil, surtout en Égypte et en Éthiopie.

Cliquez ici pour pour entendre l’entrevue (avec M. Alleyn, Roberto et Moussa).

Une trentaine de photos sont affichées à la Maison de la culture du Plateau Mont-Royal au 465, av. Mont-Royal Est, Montréal, (Face au métro Mont-Royal; 514-872-2266) dans le cadre d’une exposition qui s’intitule: “Territoires sous pression“. Cette exposition se tient jusqu’au 20 janvier 2008. L’entrée est libre. PHOTO : © 2007 Benoit Aquin (tous droits réservés)

 

Entrevue avec Gwen qui nous entretient sur les raisons de son voyage en Afrique du Sud et au Malawi ainsi que son intention de faire des reportages qui seront présentés à notre émission Amandla (En anglais!).

Cliquez ici pour entendre l’entrevue (avec Gwen, Roberto et Moussa).

 

 

Commentaires sur le tolé provoqué en Algérie par un “sondage” d’Al Jazeera sur les attentats du 11 décembre à Alger. Un sondage sur le site de la chaîne de télévision qatari, Al Jazeera, provoque de vives réactions en Algérie. En effet, il demande: “Êtes-vous pour les deux attentats terroristes perpétrés à Alger?”. 52% de ceux qui ont daigné répondre l’ont fait en répondant “oui”. Commentaires de Moussa.

Des journaux, comme la Tribune d’Alger, critiquent fortement ce manque d’éthique de la part de la chaine du Qatar, et certains vont jusqu’à l’accuser de servir les vils desseins de la nébuleuse terroriste Al Qaïda:

Ghada Hamrouche de la Tribune d’Alger:

Unanime. C’est le moins qu’on puisse dire de la réaction de la presse algérienne à propos du scandaleux sondage de la chaîne qatarie El Djazira. Ainsi, les quotidiens parus hier ont vivement critiqué la formule et même la publication du résultat d’un sondage immoral. «L’attentat d’El Djazira», a écrit en grande manchette El Moudjahid, avant d’affirmer : «El Djazira est aujourd’hui un îlot fortifié du terrorisme, et sa capacité de nuisance dépasse celle de ceux qui tuent aveuglément des innocents, car elle s’applique à donner un semblant de légitimité à de vils criminels.»

De son côté, le Jour d’Algérie, en qualifiant la chaîne tout bonnement de «porte-parole officiel d’Al Qaïda», estime que ce sondage est «un véritable encouragement au crime». «La chaîne absout le GSPC de tous les crimes qu’il a commis et ceux qu’il envisage de commettre en Algérie», ajoute-t-il. Quant au quotidien El Watan, le sondage ne peut être qu’un «sondage de la honte». «Le sondage d’El Djazira n’est pas un simple dérapage. C’est tout simplement le summum du mépris de la vie humaine. Une insulte à l’éthique professionnelle, à la morale et aux valeurs universelles reconnues par toutes les religions», peut-on y lire.

Rémi Yacine, d’El Watan, se tourne vers une autre cause de cette tourmente, le désert médiatique audiovisuel algérien:

Tout le monde s’y met. Tous contre Al Jazeera ! Pour les autorités algériennes, le dérapage de la jeune chaîne qatarie est une aubaine. Il sert à masquer les lacunes sécuritaires, les limites de la politique de réconciliation et tout simplement l’incurie du système.

Parce qu’en Algérie, les islamistes sont aussi au pouvoir. Les barbéfèlenes sont solidement installés du côté du Palais du gouvernement. La presse indépendante a eu raison de s’émouvoir contre ce sondage indécent (Pour ou contre les attentats d’Alger ? Plutôt une bêtise du service marketing). Une fois l’indignation passée, il convient d’analyser cette colère juste, mais indéniablement instrumentalisée. Le vrai problème n’est pas Al Jazeera. Le problème réside dans l’Etat. Le problème est dans la dictature audiovisuelle. Il est offensant pour les Algériens de n’avoir qu’une chaîne de télévision ! L’Unique, la mal-nommée. L’ENTV n’est pas une chaîne publique, elle est une extension du pouvoir.
Elle est à l’image des dictatures arabes, obsolète, incongrue et définitivement non fiable. La voix de son maître. C’est donc la faute aux responsables politiques au pouvoir, au directeur de l’ENTV (passé par tous les rouages du système, qui a appris à dire très tôt anaâm sidi, choukrane (« oui monsieur, merci »), si les Algériens se ruent sur Al Jazeera et les chaînes de télévision française pour savoir ce qui se passe chez eux. Un tel sondage serait passé inaperçu si l’Algérie était dotée de télévisions libres, indépendantes. Si la liberté d’expression avait droit d’entrée à la télévision. Il ne faut pas se leurrer, l’actuel directeur de l’ENTV dirige une télévision brejnévienne, digne de Kim Il Sung. Aucun opposant, aucun artiste engagé, aucun journaliste indépendant, aucun militant des droits de l’homme n’a le visa nécessaire (estampillé FLN, RND ou ex-Hamas, islamo-conservateur) pour pouvoir s’exprimer sur l’Unique. Ce sont toujours les mêmes qui « habitent » la télévision algérienne, ni démocratique ni populaire depuis l’indépendance (confisquée). Le premier procès à faire n’est pas contre Al Jazeera (qui n’a pas à nous aimer ou détester, contrairement à ce qui est écrit ces derniers jours), mais contre nos responsables médiocres qui maintiennent nos concitoyens dans l’ignorance en imposant une dictature propre aux potentats arabes. La liberté de la presse doit entrer dans la Bastille de l’ENTV. Qu’ils le veuillent ou pas. Il appartient aussi aux journalistes de refuser cette censure, de faire exploser ce système pour créer des télévisions dignes de l’Algérie, des Algériens. Gageons qu’on saura faire autant, sinon mieux qu’Al Jazeera.

 

Here are the subjects that were addressed in the December 26th 2007 Amandla radio show on CKUT 90.3 FM (Montreal). You can download the show here (link valid for two months only).

The December 26th is totally in French… almost.

Interview with Patrick Alleyn who talks about the socio-political issues regarding the management of the Nile river by the States occupying its basin. Patrick Alleyn and Benoît Paquin came back from China and Africa, Ethiopia and Egypt more precisely. They present us, through the photography medium, the environmental challenges of the Chinese and East-African societies.

Click here to hear the interview (Mr. Alleyn, Roberto and Moussa).

You can see the photos (there are thirty of them) displayed at the “Maison de la culture du Plateau Mont-Royal”, 465, av. Mont-Royal Est, Montreal, (in front of the Mont-Royal metro station; 514-872-2266). The exposition is called : “Territoires sous pression”and lasts until January 20th 2008. Admission is free.

Interview with Gwen who tells us about the reasons for her trip to South Africa and Malawi as well as her plans for doing reportages that will be presented on the Amandla show. (In english!).

Click here to hear the interview (with Gwen, Roberto and Moussa).

Comments on the turmoil created in Algeria by an Al-Jazeera ‘survey’ asking if people agreed with the December 11th bombings in Algiers. The newspapers in Algeria are furious and accuse Al Jazeera to be an ‘Al Qaida puppet’. Some papers (El Watan [link in french]) indicates that if Algeria had a free televised media environment (no State control) the turmoil wouldn’t have happened since Algerians would’ve listened to local TV instead of Al-Jazeera.

This issue still shows a serious lack of ethics from the Qatari TV station. Comments by Moussa.

Kenya’s presidential race is on/ Kenya: la course aux présidentielles est ouverte

(Liens en anglais/ links in english)

Selon un article du International Herald Tribune, le Kenya tiendra des élections le 27 décembre prochain. Raila Odinga est un prétendant sérieux pour succéder au président sortant Mwai Kibaki. Odinga laisse entendre que le thème de l’ethnicité n’a pas sa place dans ces élections. C’est une déclaration louable, mais il ne faut pas oublier qu’en 2002, des milices ethniques, dont les Vigilante Luo apparement affiliés à Odinga, sont venues perturber la vie des habitants de Nairobi.

Kenya has changed over the last decade. From the tight grip on the national politics from Daniel Arap Moi, the country has turned into a democracy where we witness the competition between the current president Mwai Kibaki and a long time contender Raila Odinga for the December 27th general elections. This is what a report from the International Herald Tribune says:

The election is Thursday, and for the past several months most polls have predicted that Odinga, 62, will unseat the current president, Mwai Kibaki, though some recent surveys show the president catching up, with the race now too close to call.

Kibaki, 76, is vintage old guard. He is from Kenya’s dominant tribe, the Kikuyu; he has been a member of Parliament ever since Kenya’s independence in 1963; and he is a reliable friend of big business and the United States (his campaign ads are even in red, white and blue.)

OdingaOdinga [left] seems different. For starters, he is Luo, one of the country’s largest tribes, but one that many Kenyans feel has never gotten its fair due. And despite Kenya having one of the most mature democracies in Africa, many people here still vote strictly along tribal lines.

Kenya’s 37 million people are split among some 40 distinct ethnic groups. And unlike many politicians – especially Kikuyu ones – who would rather not acknowledge tribal frictions, Odinga is confronting them head on and has made inclusion and an end to discrimination the cornerstones of his campaign.

“Ethnicity is the disease of the elite,” he said, adding that throughout Kenya’s history, money, land and opportunity have been sprinkled around unequally, based on tribe.

OK, Odinga has a point. But the problem of ethnicity won’t be solved by just saying it’s bad… We’d like to remind that in the presidential elections of 2002, militias were raised in Nairobi to support the presidential candidates: the Mungiki, Bagdad Boys, Jezi La Embakasi and Vigilante Luo (supposedly affiliated with Odinga). These militias stirred up ethnic divide.

We can wonder if a change at the presidency with Odinga will change something. A lot of hope rose when Kibaki succeeded to Arap Moi in 2002. But, because his lack of innovation his party, the NARC (National Rainbow Coalition) was labelled in the streets: “Nothing has Really Changed”. Since September, Kibaki runs under a new party: the PNU (Party of National Unity). Let’s hope the streets won’t find a new meaning for this acronym if he wins. The same goes for Odinga’s party: the ODM (Orange Democratic Movement).

On another note, and before the winner is elected, we can notice the participation of the “first ladies”, according to the Sunday Nation Newspaper.:

…the appeal by First Lady Lucy Kibaki, Mrs Ida Odinga (Raila’s wife) and Mrs Pauline Musyoka (Kalonzo’s wife) to women, who form the majority of the country’s 14.3 million voters, will determine the winner.

For some news on Kenya and the elections see Kenyan Pundit.

 

The International Herald Tribune provides a picture of Odinga’s campaign in the area of the Masai communities (Suswa). The Kenyan TV covered the event, where Odinga addresses the land issue. (See below)

Le International Herald Tribune nous montre une photo d’Odinga en campagne électorale dans la région de Suswa, dans une région où vivent les communautés Masai. Le télévision kenyanne y était aussi et nous montre Odinga traitant de la question de la distribution des terres.

Amandla Radio Show: “Extraction!” Comix Reportage is out !/ 7ème rencontre africaine de la photographie à Bamako

Voici les thèmes qui ont été abordés pendant l’émission Amandla du 19 décembre 2007 sur les ondes de CKUT 90.3FM (Montréal). Vous pouvez la télécharger ici (lien valide pour deux mois seulement).

Partie anglaise.

Extraction!Critique d’une bande dessinée/reportage intitulée “Extraction!” (des éditions Cumulus Press) sur les conséquences des activités des entreprise minières et pétrolières canadiennes sur les communautés du Guatemala du Canada (Québec, Alberta) et d’Inde – Écoutez les commentaires de Gwen et Moussa ainsi que ceux de Tamara qui a personnellement participé à la réalisation de cet ouvrage. Cliquer ici pour entendre la chronique.

 

 

 

Partie française.

Afrique du Sud: Commentaires sur l’élection de Jacob Zuma à la tête de l’ANC– Élu avec deux tiers des voix, Jacob Zuma (voir photo à la fin du post) est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle pour la démocratie sud-africaine?

Écouter les commentaires de Gwen et Moussa en cliquant ici.Malick Sidibé

Mali: Commentaires sur la 7ème rencontre africaine de la photographie à Bamako – Cette nouvelle édition rend hommage au photographe Malick Sidibé (voir photo à droite). Écouter les commentaires de Moussa en cliquant ici.

Les photos de Malick Sidibé peuvent être vues sur les sites suivants:

www.photosapiens.com/Le-rituel-de-la-pose.html.

http://www.holott.org/malicksidibe/msidibe/.

Here are the subjects that were addressed in the December 19th Amandla radio show on CKUT 90.3 FM (Montreal). You can download the show here (link valid for two months only).

English part.

Review of the Graphic novel/reportage, entitled “Extraction!”Listen to this topic Extraction (edited by Cumulus Press). It addresses the issue of the consequences of Canadian mining and oil companies’ activities on the communities from Guatemala, Canada (Quebec, Alberta) and India. Listen to the comments by Gwen and Moussa, and especially by Tamara who was personally involved in the realization of this book. Click here to hear the review.

French part.

Jacob ZumaSouth-Africa: Comments on Jacob Zuma’s election for the presidency of the ANC – Elected with two-third of the voices, is Jacob Zuma (see picture, left) good or bad news for south african democracy? Hear the comments by Gwen and Moussa by clicking here.

Mali: Comments on the 7th African photography meeting of Bamako – This new edition pays tribute to Malian photographer, Malick Sidibé (see picture above). Listen to comments by Moussa by clicking here.

Malick Sidibé’s photos can be seen on the following websites:

www.photosapiens.com/Le-rituel-de-la-pose.html.

http://www.holott.org/malicksidibe/msidibe/.

 

Jacob Zuma‘s election on video

La vidéo suivante illustre la joie des membres de l’ANC lorsque Zuma est déclaré vainqueur. Noter, à la fin du vidéo, Thabo Mbeki qui lui donne l’accolade pour le féliciter.

The following video show the joy of the ANC members when the hear the name of Zume, declared the winner of the election. Note, at the end of the video, Thabo Mbecki, congratulating Zuma for his victory:

 

 

Un holding de Dubaï investit au Rwanda/ A Dubai holding company invests in Rwanda

Selon La Presse de Montréal, un holding des Émirats Arabes Unis investira 230 millions de dollars en tourisme au Rwanda. Il s’agit de Istithmar Real Estate.

Avant de lire l’article il faut savoir que Istithmar Real Estate est une entreprise qui vaut environ 6 milliards de dollars US et qui privilégie les investissements dans les secteurs industriels, de détails, les banques et l’immobilier. L’entreprise possède plusieurs gratte-ciels de New-York (dont le 230 Park Avenue et le 280 Park Avenue), des bâtiments prestigieux comme le “One Trafalgar Square” de Londres. Elle possède aussi une entreprise aérienne (la compagnie indienne Spice jet), et des commerces de détail comme Barneys de New-York. Ses actifs s’étendent à travers toute la planète, mais une bonne partie se concentre en Asie (Moyen-Orient), en Amérique du Nord et en Europe. On pourrait dire que l’investissement au Rwanda demeure appréciable aux yeux de l’entreprise, même si, compte tenu des actifs dispendieux qu’elle détient ailleurs (dans le cas du 280 Park Avenue, c’est 1.2 milliards de dollars US que lui a coûté son acquisition en juin 2006), cette somme ne représente pas une ponction trop douloureuse.

Nous savons que des holdings du Golfe Persique sont intéressés au marché africain. Non seulement dans les secteur industriels (comme au Soudan) mais aussi dans l’immobilier. Ces holdings ont l’habitude des investissements risqués.

Inutile de dire que, pour le Rwanda, il s’agit d’une manne. Mais espérons, que le pays ne tombera pas dans la spirale de l’économie basée sur le tourisme. Car immobilier rime avec tourisme. Ce type d’économie n’apporte pas beaucoup de richesse à la population en général et peut attirer son lot de problèmes comme la criminalité et la prostitution etc.

 

According to La Presse de Montréal, a holding from the United Arab Emirates will invest 230 millions US in the tourist industry of Rwanda. The company is Istithmar Real Estate.

IstithmarBefore reading the article (in french), you must know that Istithmar Real Estate is worth 6 billions de dollars US. The company invests in four sectors: industrial, retail, banks and real estate. The company has several skyscrapers in New-York (including the 230 Park Avenue and the 280 Park Avenue), prestigious buildings like the “One Trafalgar Square” in London. Istithmar Real Estate also has an air transport company (the indian company Spice jet), and retail stores like Barneys in New-York. Its assets are spread all over the planet, but a good part is pooled in Asia (Middle East), North America and Europe. We could say that the investment in Rwanda is important for the enterprise, even if, taking into account several expensive acquisitions of the company (like 1.2 billions USD to acquire the 280 Park Avenue in June 2006), that amount won’t represent a huge hole in their “wallet”.

We know that holdings from the Persian Gulf are interested in Africa. Not only in the industrial sector (like in Sudan) but also in real estate. These holdings are used to risky investments.

Needless to say that, for Rwanda, it’s the jackpot. But lets hope the economy of the country won’t turn into a “tourism-only-economy”. That kind of economy, focused only on one sector, doesn’t make a difference in the life of the general population in the end, and it has chances to bring problems like criminality and prostitution.

 

La Presse de Montréal:

Dubaï investira 230 millions $ dans le tourisme au Rwanda

Agence France-Presse

Nairobi

Un holding de Dubaï s’apprête à investir 230 millions de dollars dans le tourisme au Rwanda, un secteur-clé pour la relance de l’économie dans ce petit état africain touché par un génocide en 1994.

La société Dubaï World, à travers sa branche investissements Istithmar Real Estate, prévoit de construire huit sites touristiques comprenant hôtels de luxe et autres hébergements dans des parcsnationaux, ainsi que des terrains de golf et des villas.

Le parc national d’Akarega, à l’est de Kigali, accueillera un gîte de 60 chambres et le parc national des volcans un camp de tentes cinq étoiles.

Le groupe émirati construira également un hôtel cinq étoiles de 150 chambres et rénovera un terrain de golf à Kigali.

Le secrétaire d’État rwandais chargé de l’Industrie et de la Promotion des Investissements, Vincent Karega, a déclaré que le pays a choisi de miser sur son important potentiel touristique pour amorcer la croissance.

«Notre choix politique pour le tourisme est de devenir une destination haut de gamme en nous appuyant sur la beauté naturelle unique du pays, la sécurité, le droit de propriété et la tolérance zéro pour la corruption», a-t-il indiqué dans un communiqué.

«Le secteur privé est la base de la renaissance actuelle du Rwanda», a-t-il ajouté.

Sultan Ahmed Ben Soulayem, président de Dubaï World, une holding qui gère les sociétés appartenant au gouvernement de l’État émirati, a assuré que les travaux de construction commenceront à la fin de l’année.

Le Rwanda a été le théâtre d’un génocide qui a fait selon l’ONU environ 800 000 morts entre avril et juillet 1994.

Le pays espère tripler son revenu touristique d’ici à 2010.

Doug au Malawi/ Doug in Malawi

(Link in english/ lien en anglais)

Our dear contributor to the Amandla radio show and to this blog (read his analysis on Malawi), Doug Miller, is actually in Malawi (or about to arrive there) with some students from Montreal’s Vanier College. They will spent time in Makupo, Malawi, where they will meet Malawians and share cultures.

Doug:

In August 2007, the people to people support of friends in Canada led to the sinking of a well and the burden of village labour has shifted dramatically. Now Makupo can host a visit from 9 Canadians representing all the glorious mix that makes up Canada.
The Malawians in the village share a long history with a common place, while the Canadians have histories that involve new homes and building new links. It is an interesting stew and I am looking forward to seeing how it cooks into a tasty dish.

This is from Doug’s blog. Yes, Doug started a blog related to this Malawian odyssey and we invite you to take a look: http://makupo.blogspot.com/

Notre cher ami et collaborateur à l’émission de radio Amandla ainsi qu’à ce blog (lire son analyse sur le Malawi ici), Doug Miller, est présentement au Malawi (ou à la veille d’y mettre le pied) avec des étudiants du Collège Vanier de Montréal. Ensemble, ils vont passer du temps à Makupo, Malawi, où ils vivront une expérience de partage des cultures. Visitez son blog: http://makupo.blogspot.com/