Category Archives: Uncategorized

Analyse de la Situation en Libye

Retour sur la situation en Libye par le biais d’une recension d’un article de Greg Shupak, basé sur l’ouvrage “Global Nato and the catastrophic failure in Libya.”

Présenté par Mouloud Idir.

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Le paradigme Bubingo pourrait induire de nouveaux comportements pervers.

Par Jean-Marc Soboth,

C’est un véritable séisme qui secoue la galaxie médiatique québécoise: le journaliste François Bugingo, véritable coqueluche des groupes Radio-Canada, Télé-Québec, TVA, La Presse, Le Devoir, 98.5 FM., est sur la sellette. La désormais ex-star d’ébène des médias québécois aurait inventé la plupart de ses reportages. Pince sans rire. Une fin de mois de Mai si spéciale donc, qui s’adjuge une vibrante jurisprudence en matière de déontologie.

Les faits sont extrêmement accablants pour le journaliste de 41 ans né à Kisangani au Congo qui, à lui seul, dit avoir couvert «152 pays» à travers la planète en une seule vie. En moins d’un demi-siècle d’existence.

J’écoutais avec intérêt ses analyses à la télé. Je suis donc de ceux qui ont pris d’assaut sa page Facebook à la recherche d’une «défense» plus cohérente face aux innombrables manquements répertoriés frisant la mythomanie. Il ne défendra «son intégrité qu’en temps et lieux».

Les devoirs du journaliste d’après la Charte de Munich – la plus acceptée au Monde – sont sans ambiguïté. Le tout premier: «Respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité». Au Point 3, il lui est enjoint de «Publier seulement les informations dont l’origine est connue ou les accompagner, si nécessaire, des réserves qui s’imposent (…)». Bref, ne rien inventer. La vérité est le credo du journaliste. C’est sa raison d’être.

Néanmoins le précédent Bugingo devra faire réfléchir sur ses divers impacts.

D’abord sur le plan de la technique journalistique.

L’enquête d’Isabelle Hachey du quotidien La Presse mérite quelque observation. L’assaut massif dont a fait l’objet la page Facebook de Bugingo de la part d’un public nombreux à la recherche (vaine) d’un vrai plaidoyer du journaliste accusé expose un déficit. En l’occurrence, qu’il ne lui a pas été donné le privilège d’élaborer une défense harmonieuse. On y eût gagné en clarté.

Certaines chartes se veulent pourtant exigeantes lorsqu’on doive enquêter sur un confrère, puisqu’il est alors question d’engager la crédibilité du métier dans son entièreté. L’enquête visée est un énorme puzzle, un regroupement de bouts de phrases dont la collecte n’offre pas, souvent, une vraie lisibilité sur le processus de recoupement – précisions sur les contacts téléphoniques et les protocoles de questionnaires à l’intention de Bubingo… Les stipulations déontologiques le rappellent très souvent: le journalisme n’est a priori ni espionnage ni entreprise de dénigrement.

La Charte de Munich recommande, en effet, de «Ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents.» Ensuite. Le paradigme Bugingo est d’autant plus intéressant que le journaliste fut, presque, le seul «immigrant africain» à avoir jamais atteint, en notre ère, un tel statut de collaborateur-vedette – pas employé, précision ultérieure du Groupe Média! – dans les plus grands groupes médiatiques québécois. Il fit l’objet de petites jalousies au sein de certaines communautés immigrantes accusant le Québec de n’avoir d’yeux que pour lui.

C’est que, des postulants tout aussi compétents ont souvent été priés d’aller faire du journalisme «communautaire».

Je m’explique. Canadiens et Québécois sont, sur la vingtaine de pays que j’ai personnellement visités dans le Monde, les moins racistes, les moins xénophobes. C’est un euphémisme. Il n’en demeure pas moins difficile voire impossible à un confrère néo-Québécois qui n’a pas couvert «152 pays» et voyagé sur la planète Mars à l’instar de Bubingo d’être recruté «décemment» au Québec.

Le contexte médiatique québécois est aussi celui, très spécifique, que décrit Pierre Sormany dans son ouvrage Le métier de journaliste. Le Québec ploie sous une «dictature de l’information internationale» menée par une poignée d’agences de presse tentaculaires – dont l’AFP, Associated Press, Reuters – dont la collecte douteuse de l’information multinationale et la ligne éditoriale unilatéraliste et colonialiste donnent parfois froid au dos par leur propension à mentir et à manipuler massivement.

Le rapport McBride de l’UNESCO en fait un certain épilogue. Nous en sommes les victimes expiatoires.

La tendance canadienne à se soustraire de l’information internationale de terrain résulterait de l’éradication programmée des postes de correspondants à l’étranger «pour des raisons budgétaires», et, trop souvent au prétexte mythique, local, que «les Québécois ne s’intéressent pas à ce qui se passe hors de chez eux.» On voit donc comment sont motivées toutes les «solutions intermédiaires».
Enfin. L’effet pervers du paradigme Bugingo: la stigmatisation, l’auto-flagellation… C’est une véritable pandémie africaine directement issue de siècles d’esclavage et de colonisation.

Pour coloniser ou réduire en esclavage un peuple, il faut pouvoir convaincre ses gueux indigènes qu’ils ont tous les défauts et tous les torts du Monde. Qu’ils sont des idiots, des attardés mentaux, des affabulateurs nés… C’est un mécanisme subliminal. L’essentiel est qu’ils finissent par en être convaincus eux-mêmes.

Quelques commentaires (d’Africains malheureusement!) sur Facebook expriment cet état de stupidité. Bugingo reproduirait, d’après eux, la malédiction du mythomane nègre.

D’aucuns y rappellent que cet Africain, comme ses semblables, serait demeuré «pauvre dans la tête» après avoir quitté la pauvreté physique dans son pays. Une injure inutile et inepte.

C’est le lieu de rappeler, avec force, que tous les Africains ne sont pas des mythomanes. Le cas Bubingo est exceptionnel parce qu’elle fait croire à une récidive systématique. Brian Williams (NBC), Janet Cooke (Washington Post), PPDA (TF1), Lockheart, Jayson Blair ou Stephen Glass, coupables d’affabulations avérées eux aussi, ne sont pas Africains…

Comments Off on Le paradigme Bubingo pourrait induire de nouveaux comportements pervers.

Filed under Uncategorized

Exclusif! Nouvelle force multinationale lancée au Tchad et exhumation de Sankara

Jean-Marc Soboth nous informe sur cette nouvelle qui a peu retenu l’attention des médias cette semaine : lancement au Tchad d’une nouvelle force multinationale pour contrer Boko-Haram.

Puis, retour sur l’exhumation très attendue de Thomas Sankara assassiné en 1987 au Burkina.

Comments Off on Exclusif! Nouvelle force multinationale lancée au Tchad et exhumation de Sankara

Filed under Uncategorized

Africa, it’s leaders and colonial relations

Writer, former editor of the Pambazuka news service and anticolonial activist Firoze Manji speaks to Amandla’s Doug Miller about Africa, it’s leaders and their relation with the colonial powers.

What hope is there for change?

Comments Off on Africa, it’s leaders and colonial relations

Filed under Uncategorized

Le Burundi, le mémorial sur l’esclavage en Guadeloupe et la contribution africaine oubliée de la IIe guerre mondiale

​Jean-Marc Soboth présente un tour de l’actualité africaine.


Comments Off on Le Burundi, le mémorial sur l’esclavage en Guadeloupe et la contribution africaine oubliée de la IIe guerre mondiale

Filed under Uncategorized

Madame la France, ma mère et moi, regard sur le film de Samia Chala

Notre entrevue avec Bochra Manaï de la Collective des Féministes Musulmanes

La Collective des Féministes Musulmanes du Québec organise une Projection-Débat du documentaire : “Madame la France, ma mère et moi” de Samia Chala (France, 2012)

« En Algérie, je me battais pour que les filles, comme moi, ne soient pas obligées de porter le voile. En France, je me suis mise à défendre le droit des filles à le porter, si elles le souhaitent. Ça vous étonne ? Pour moi c’est le même combat.

En revisitant les stéréotypes qui collent à la femme arabe depuis l’histoire coloniale, « Madame la France, ma mère et moi » interroge le regard que portent les Français sur les femmes d’origine maghrébine. Ce film, pour lequel je suis retournée sur les traces de ma mère et de ma tante, en Algérie, permettra, je l’espère, de comprendre ma colère qui est celle, je crois, de beaucoup d’Arabes de France. » Samia Chala

La projection sera suivie d’une discussion en présence de Sonia Bens et Bochra Manaï, animée par Sonia Djelidi.

Jeudi 30 avril 19h00-21h00

Au café l’Artère, 7000 av. du Parc

via Projection-Débat “Madame la France, ma mère et moi”.

Comments Off on Madame la France, ma mère et moi, regard sur le film de Samia Chala

Filed under Uncategorized

Quels défis pour le nouveau président du Nigéria?

Jean Marc Soboth nous livre son analyse sur la victoire de Buhari comme président du Nigéria, le pays le plus peuplé en Afrique et le 7e plus peuplé de la planète.

Comments Off on Quels défis pour le nouveau président du Nigéria?

Filed under Uncategorized